25/10/2011

Simon Nian / L’exposition maudite, T3 / Rodier, Corteggiani / Glénat

 

Ce qui saute aux yeux pour le bédéphile averti, c’est la parenté graphique avec Maurice Tillieux et l’univers de Gil Jourdan. Quant aux personnages, ils en remettent un couche. Simon Nian est avocat, mais il se comporte comme le détective privé Gil Jourdan. A son service, il a un adjoint à l’attitude proche de celle de Libellule et une secrétaire qui a des airs de Queue de Cerise. Replongez-vous dans les enquêtes de Gil Jourdan pour vous remémorer ces personnages truculents. Oubliez par contre Simon Nian et ses dehors séduisants qui se révèlent bien vite décevants. Puisque Corteggiani et Rodier se revendiquent volontairement de l’héritage de Tillieux, comparons sans remord. Tillieux dessinait tous les types de véhicules à la perfection, avec de la tôle froissée réaliste à souhait. Les voitures de Rodier ne tiennent pas la route. L’humour de Tillieux était subtil, même dans les jeux de mots apparemment grossiers de Libellule. Corteggiani se plante lamentablement en tombant dans le vulgaire et la platitude. Il échoue tout aussi pitoyablement dans la construction du scénario. Tillieux avait son idée générale et développait ses récits au fil de leur déroulement naturel leur imprimant une fluidité exceptionnelle. Gil Jourdan ou encore Jess Long sont à ce titre remarquables. Evitez par contre ce « Simon Nian » trompeur, dont ce troisième tome « L’exposition maudite » commis par Rodier et Corteggiani aux éditions Glénat.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : simon nian, l’exposition maudite, rodier, corteggiani, glénat |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.