23/10/2011

La faute aux Chinois / Ravard, Decoudray / Futuropolis

 

Louis est un ouvrier peu qualifié. Il décapite les poulets à la chaine. Sa petite existence tranquillement banale va prendre un tour nouveau à partir du jour où il défend Suzanne, la secrétaire du patron et sœur du contremaître, Jean-Claude. Sous le charme, Suzanne répond aux avances de Louis. Leur idylle se raffermit sous la surveillance étroite et très rapprochée de Jean-Claude. Les temps sont durs alors que parallèlement les besoins se font plus présents et plus nombreux. Pour augmenter son pouvoir d’achat, Louis accepte une proposition lucrative de Jean-Claude. Il s’agit ni plus ni moins que de pratiquer ce en quoi il excelle mais à une autre échelle. Au lieu de trucider des poulets, ce sont des humains qui passent sous sa lame. Louis se montre vraiment doué dans ce boulot. Il n’y place aucun sentiment, seulement l’amour du travail consciencieusement exécuté. Il s’initie à d’autres outils destinés à des situations variées, qui nécessitent soit une mort rapide soit l’obtention de renseignements, soit de manière plus basique le simple choix de faire durer le plaisir. Sa petite entreprise ne connaît pas la crise ni le péril jaune, les délocalisations en Chine. Cette BD interpelle mais il est malaisé de cerner l’intention des auteurs au-delà d’un captivant moment de lecture. « La faute aux Chinois », par Ravard et Decoudray, aux éditions Futuropolis.

 

18:05 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la faute aux chinois, ravard, decoudray, futuropolis |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.