10/10/2011

Epilogue / Uchronies, T10 / Corbeyran, Chabbert / Glénat / coll.Grafica

 

Les séries concepts ont le vent en poupe depuis le succès du « Décalogue ». L’avantage est triple. Pour l’éditeur, c’est une façon de fidéliser un public et de faire découvrir des dessinateurs qui y font leurs premières armes. Pour le lecteur, c’est une garantie de budget, avec un nombre d’albums délimité et la certitude de connaître la fin de l’histoire. Pour les auteurs, c’est un magnifique espace d’expression de longue haleine, une opportunité de développer une idée plus en profondeur. Dans « Uchronies », Corbeyran imagine trois univers parallèles qui interagissent. Il y place des personnages qui existent simultanément dans ces trois dimensions et qui vivent une série d’événements aux conséquences multiples en fonction de leur environnement. Le contraste est majeur entre les trois réalités. Nous sommes dans un futur proche. La Big Apple a évolué de trois manières différentes, devenant New York, New Harlem ou New Byzance. Au cœur de l’intrigue, en trait d’union, une découverte technologique inouïe nommée la fusion noire et qui permet de voyager entre les mondes. Et puis, il ya les prescients, des hommes capables de percevoir l’avenir. Enfin, il y a le pouvoir, convoité dans toutes les alternatives. Mais l’intrigue ambitieuse ne tient pas toutes ses promesses et les personnages manquent de relief. « Epilogue », dizième tome de « Uchronies », par Corbeyran et Chabbert, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

19:22 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epilogue, uchronies, corbeyran, chabbert, glénat, grafica |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.