30/09/2011

Le Bal / Carabosse, T1 / Minguez, Pona / Le Lombard

 

C’est dans les pages de quelques rares contes, dont le très célèbre « La Belle au bois-dormant », qu’apparaît la fée Carabosse. Contrairement aux autres fées, Carabosse se révèle animée de mauvaises intentions et jette une malédiction. Elle est représentée sous les traits d’une vieille femme méchante et laide, extrêmement bossue, d’où son nom de Carabosse, la fée aux trente-six carats, aux trente-six bosses. Dans la BD « Carabosse », les auteurs reprennent l’idée d’une fée et d’une malédiction mais ils détournent le personnage initiale pour la représenter jeune et jolie. De plus, si Carabosse jette, involontairement cette fois, des sorts maléfiques, c’est surtout elle qui est porteuse au premier chef d’une terrible malédiction. Carabosse est condamnée à mourir et à ressusciter éternellement. L’histoire commence dans les quartiers mal famés de Londres au milieu du dix-neuvième siècle et se poursuit de nos jours. Un scientifique au service d’un riche mécène parvient à faire surgir Carabosse du fond d’un puits. S’ensuivent une série de péripéties parfois téléguidées mais qui laissent heureusement une part de mystère à un récit qui semble vouloir décoller mais qui connaît certains balbutiements qui affaiblissent la dynamique de l’intrigue. L’esthétique sauve le tout avec un dessin agréable, joliment classique. « Le Bal », premier tome de « Carabosse », par Minguez et Pona, aux éditions Le Lombard.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le bal, carabosse, minguez, pona, le lombard |  Facebook |

Camille / Alter Ego / Lapière, Renders, Reynès, Benéteau / Dupuis

Les séries concept se multiplient et rivalisent d’imagination pour capter et captiver un lectorat de plus en plus sélectif, dans un univers éditorial en expansion incontrôlée. La conception d’« Alter Ego » fait figure d’exemple et pourrait bien renforcer manière de travailler dans la BD franco-belge, celle des équipes étendues et multidisciplinaires. Le résultat se montre des plus convaincant. Ca fonctionne sur le modèle des séries télévisées américaines, pour lesquelles un important travail de réflexion alimente la progression des personnages et des situations dans un logique marketing. Une fois que le lecteur entre dans l’histoire, il ne peut plus s’en extraire, tellement le suspense est dense et les protagonistes attachants. Quant à l’architecture de cette série annoncée en six albums, elle présente la particularité des entrées multiples. Les six tomes peuvent être lus dans un ordre aléatoire. Ici, Camille est une jeune fille dont la maman meurt dans un incendie peu après une altercation. Elle lui a annoncé avoir interrompu volontairement sa grossesse, provoquant la panique de sa mère. Loin de toute considération intégriste, les raisons de cette réaction trouvent leur source dans des recherches aux limites de la science. Bien amenée, cette intrigue efficace ouvre de nombreuses portes et dévoile une ambition assumée. « Camille », dans la série « Alter Ego », par Lapière, Renders, Reynès et Benéteau, aux éditions Dupuis.

02:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camille, alter ego, lapière, renders, reynès, benéteau, dupuis |  Facebook |

29/09/2011

Gargamel et les Schtroumpfs / Peyo / Le Lombard

 

Alors que sort sur les écrans le film des Schtroumpfs, avec une déferlante de produits labellisés, la série papier s’étoffe considérablement. Les albums se déclinent en diverses collections et en divers formats. Ces petits lutins bleus créés par Peyo sont au nombre de cent. Chacun d’eux possède sa spécificité, son rôle social au sein du groupe. Ils vivent dans un village perdu au fin fond d’une forêt touffue, au Pays Maudit. Les Schtroumpfs s’y sentent bien et vivent harmonieusement en communauté, vaquant à leurs occupations qui se résument à leurs marottes personnelles. Le Schtroumpf bricoleur bricole, le Schtroumpf grognon grogne, le Schtroumpf farceur fait des farces, et ainsi de suite. Et tous s’affairent à la réparation du barrage, leur seul véritable travail, au bénéfice de la collectivité. Leur ennemi mortel est un sorcier maladroit du nom de Gargamel. La plus grande menace qu’il leur ait occasionné consiste en la création de la Schtroumpfette, la seule femme du groupe, pour laquelle tous rivalisent et perdent la tête. Ce microcosme caricatural vit des aventures qui ont toutes pour objectif de rétablir l’harmonie en éradiquant la source du déséquilibre. Cette BD peut être lue avec autant d’intérêt par les enfants, public cible prioritaire, que par les adultes qui peuvent y déceler de remarquables analyses sociétales. « Gargamel et les Schtroumpfs », par Peyo, aux éditions Le Lombard.

 

21:38 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gargamel et les schtroumpfs, peyo, le lombard |  Facebook |

La théorie des cordes fiscales / All Watcher, T6 / Desberg, Köller / Le Lombard

Cette Spin-Off de la série « I.R.$. » prend un tour nouveau. Le rythme s’accélère. Les retournements de situation se succèdent de manière effrénée. Larry Max et sa ravissante collègue Mia Maï s’approchent de leur cible, le mystérieux All Watcher, un homme, ou une femme, tapie dans l’ombre des mouvements financiers mondiaux et qui tire bénéfice des transactions occultes, amassant une fortune considérable, qui défie l’imagination, comme un trou noir qui engloutirait irrémédiablement non seulement les avoirs financiers qui passent à sa portée, mais aussi les êtres de chair imprudents ou trop téméraires qui voudraient l’affronter. Et c’est bien ce qui attend Larry Max puisqu’il assiste impuissant à la disparition tragique de tous ceux qui l’accompagnent dans sa traque de All Watcher. Seule Mia Maï y échappe, sa collègue qui rivalise avec lui pour coincer leur insaisissable proie de l’ombre. Et puis, il y a Antonia, dont Larry assure une protection très rapprochée. Enfin, il y a Vincent Coutellier, seul témoin vivant ayant vu et entendu All Watcher en personne. Coutellier constitue la clé qui va permettre d’identifier All Watcher parmi les protagonistes réunis en un seul lieu. Le dénouement est proche. Vous connaîtrez enfin le visage de All Watcher. Mais l’histoire n’est pas finie pour autant. « La théorie des cordes fiscales », sixième tome de « All Watcher », par Desberg et Köller, chez Le Lombard.

18:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la théorie des cordes fiscales, all watcher, desberg, köller, le lombard |  Facebook |

28/09/2011

La dernière croisade / Les Aigles décapitées, 23 / Pierret / Glénat / coll.Vécu

 

La collection Vécu reste bien vivante. Ce sont surtout des séries bien assises qui maintiennent une bonne tenue du catalogue. « Les Chemins de Malefosse » et « Les Aigles décapitées » y figurent en bonne place. La première se situe au dix-septième siècle. Deux mercenaires allemands parcourent l’Europe dévastée par trente années de guerres de religions. Ils mettent leurs armes au service du roi de France et s’efforcent de déjouer les multiples complots qui vise Henry quatre. Gunther et Pritz sont aux prises avec une redoutable espionne avec laquelle ils font un chassé-croisé meurtrier. La série a tendance à s’essouffler quelque peu, même si elle reste un excellent divertissement sur fond historique et que le dessin s’améliore fortement d’album en album. « Rouge feu », dix-neuvième tome des « Chemins de Malefosse », par Bardet et Goepfert. « Les Aigles décapitées » se passe quelques siècles plus tôt, dans une France moyenâgeuse exsangue suite à des croisades infructueuses qui ont laissé de profondes meurtrissures. Le sire de Crozenc a participé à ces folles épopées. Il en est revenu vivant mais amoindri et, surtout, porteur d’un fardeau, une promesse qu’il n’a pas honorée et qui finit par altérer gravement sa santé mentale et physique. « La dernière croisade », vingt-troisième tome des « Aigles décapitées », par Pierret, chez Glénat, collection Vécu.

21:48 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la dernière croisade, les aigles décapitées, pierret, glénat, vécu |  Facebook |

Seth / W.E.S.T., T.6 / Dorison, Nury, Rossi / Dargaud

 

La WEST, Weird Enforcement Special Team, est mandatée par le Président des Etats-Unis pour résoudre des affaires criminelles entachées de surnaturel. A leur tête, Morgan Chapel est en proie à un terrible combat intérieur. Sa propre fille est possédée par un dangereux démon et toutes les tentatives pour l’en extraire se sont soldées par un échec. Chapel doit mettre un terme au carnage provoqué par ce démon nommé Seth, et qui va s’amplifiant. Il ne lui reste plus qu’une alternative, tuer sa fille. Cette exécution immorale doit intervenir avant que le démon n’atteigne l’endroit de ses origines, Valeria City, qui lui confèrera une puissance invincible. Le monde tremble. Pour le sauver, une équipe de dur-à-cuire déjantés, des psychopathes qui ont appris à canaliser leurs pulsions au service de leur employeur, mais qui pourraient bien basculer du côté obscur à tout moment. Ce qui est certain, c’est que plus la tension monte, plus le risque d’explosion incontrôlable augmente. Xavier Dorison et Fabien Nury atteignent des sommets dans l’écriture de ce scénario brillant, taillé sur mesure pour Christian Rossi, disciple de Jean Giraud dont il avait repris le dessin de « Jim Cutlass », avec un univers de western ésotérique. On ne pouvait rêver meilleur interprète pour cette infernale symphonie au final surprenant, . « Seth », sixième tome de « W.E.S.T. », par Dorison, Nury et Rossi, aux éditions Dargaud.

21:45 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seth, w.e.s.t., dorison, nury, rossi, dargaud |  Facebook |