10/04/2011

10 jours en mai / Les Combattants / Rullier, Duphot / Delcourt / coll.Histoire et Histoires

les-combattants-bd-volume-1-simple-18886.jpg

 

Quand la guerre est finie, la raison du plus fort tient lieu de vérité établie. La seconde guerre mondiale s’est soldée pour l’Allemagne nazie par un cuisant échec. Les armées alliées ont infligé aux perdants une série de compensations assez légitimes mais aussi d’humiliations punitives. Parmi celles-ci figure l’obligation de faire amende honorable, de reconnaître ses torts. Les vainqueurs en ont oublié leur attitude dans les années qui ont précédé le conflit, leur silence coupable et même le succès des thèses nationalistes auprès de leurs propres populations, voire la tolérance ou l’encouragement de l’antisémitisme. Cette ambiguïté a brusquement disparu à l’issue de la guerre. Les livres d’histoire restent muets, s’ils n’abordent pas timidement ce sujet. Le déclenchement des hostilités représente une période charnière, floutée, éludée, peu ou mal investiguée, examinée d’un point de vue partisan, donc sujette à caution, suspecte. Ce n’est pas renforcer la démocratie que d’en dissimuler ses faiblesses passagères. Celui qui ignore son passé est condamné à le revivre. Laurent Rullier s’accapare de cette année quarante, alors que la Belgique est occupée et que la France entre en guerre. Il en propose sa vision, joliment traduite en images par Hervé Duphot. « 10 jours en mai », premier tome des « Combattants », aux éditions Delcourt, collection Histoire et Histoires.

 

M.DESCORNET

 


07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 10 jours en mai, les combattants, rullier, duphot, delcourt, histoire et histoires |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.