03/01/2011

De briques et de sang / Hautière, François / KSTR

briquessang.JPG

Nous sommes en janvier mille neuf cent quatorze, à quelques mois de l’éclatement de la grande guerre et de sa débauche de morts. Et c’est par une mort en particulier que cette histoire commence, celle d’un ouvrier de l’usine du Familistère. Il s’agit d’un meurtre et c’est le premier d’une longue série. Bien qu’il bénéficie d’une vraie intrigue bien ficelée, l’intérêt principal de cet album réside dans son décor très particulier, un milieu régi par ses propres règles, un microcosme imaginé et réalisé par un homme épris de justice sociale. Jean-Baptiste-André Godin était un industriel autodidacte et un bourgeois philanthrope, profondément convaincu des vertus du socialisme. Il avait une perception aigue des transformations de la société de son temps. Pour lui, le progrès social va de pair avec le progrès économique, technique et scientifique, tout en se basant sur des valeurs absolues telles que le travail, la solidarité, l'équité, la liberté et le devoir. Le Familistère est un complexe mixte usine et logements. La matérialisation de la pensée de Godin repose sur un cheminement nourri d’utopie et de réalisme social. Cette BD restitue à merveille cet environnement unique, superbement dessiné, avec un graphisme offrant des similitudes avec celui d’André Benn. Un one-shot édifiant, à la fois divertissant, palpitant et historiquement bien ancré. « De briques et de sang », par Hautière et François, aux éditions KSTR.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : de briques et de sang, hautière, françois, kstr |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.