15/12/2010

Uchronie[s] / New York, T.3 / Corbeyran, Defali / Glénat

ny-uchronies3.JPG

Au cœur de cette série se trouve une hypothétique matière noire dont la maîtrise permettrait de voyager entre des univers parallèles. Il est approprié de parler d’hypothèse en l’occurrence puisque cette idée développée par Corbeyran et mise en cases par une pléiade de dessinateurs repose bel et bien sur une base scientifique, ou du moins une théorie élaborée dans le domaine de la physique quantique, aussi appelée mécanique quantique. Cetet discipline étudie les phénomènes fondamentaux à l'œuvre dans les systèmes physiques, plus particulièrement à l'échelle atomique et subatomique. Un des fondements en est la constante de Planck. Elle fut développée au début du vingtième siècle par une dizaine de physiciens américains et européens, afin de résoudre différents problèmes que la physique classique échouait à expliquer, comme par exemple le rayonnement du corps noir, présent un peu partout dans l’espace. De nombreux résultats très concrets ont découlés de ces recherches. La mécanique quantique se révéla être très féconde en résultats et en applications diverses. Elle constitue un des socles de la physique moderne, même si elle comporte de profondes difficultés conceptuelles, terreau idéal pour de bonnes histoires de science-fiction bien tordues comme « Uchronies », dont l’album « New York, tome trois » conclut un des cycles parallèles. Il est signé Corbeyran et Defali, aux éditions Glénat.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uchronie[s], new york, corbeyran, defali, glénat |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.