08/12/2010

Page noire / Giroud, Lapière, Meyer / Futuropolis

page-noire.jpg

Carson Mc Neal figure parmi les écrivains à succès promis à une longue vie dans la mémoire collective, contrairement à bien des succès éphémères qui inondent les rayons des libraires le temps d’une gloire aussi scintillante qu’illusoire, puis disparaissent aussitôt dans les limbes de l’inconnu. Carson Mc Neal se profile comme un écrivain à l’étoffe d’un Hemingway, un homme qui puise dans son vécu que l’on devine tourmenté une inspiration inépuisable, complexe et attrayante. Cet attrait, Kerry Stevens, une jeune critique littéraire, le ressent plus profondément que le commun de lecteur. Bien sûr, son métier et un regard entraîné lui laissent entrevoir tout le potentiel de Mc Neal, mais il y a là aussi une fascination déraisonnée qui va la pousser à dépasser certaines limites. Carson Mc Neal se retranche derrière un anonymat bien gardé. Rare sont ceux qui connaissent sa véritable identité et encore moins sa résidence. Kerry mène une enquête minutieuse et, à force d’audace, parvient à localiser l’écrivain ermite. Elle n’est pas déçue. L’homme se révèle d’agréable compagnie, même s’il dissimule une part d’ombre que l’on devine terrifiante. Cette très belle BD évoque avec beaucoup d’intelligence les dessous du processus de création littéraire, tout en nous proposant un polar surprenant et des personnages taillés au scalpel. « Page noire », par Giroud, Lapière et Meyer, aux éditions Futuropolis.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : page noire, giroud, lapière, meyer, futuropolis |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.