29/10/2010

Beurk, le chou-fleur ! / Méchant Benjamin, T.6 / De Brab / Dupuis / coll.Puceron

 

mechantben6.JPG

La collection Puceron propose des BD accessibles aux tout-petits, dès l’âge de trois ans. L’histoire se développe sur une trame très simple et néanmoins riche de sens, tout en images et sans le moindre texte. Les bambins peuvent ainsi découvrir le récit de manière autonome avec autant de plaisir qu’en compagnie de leurs parents. « Méchant Benjamin » relate des tranches de vie d’une petit garçon un peu turbulent, qui aime bien faire la mauvaise tête, mais qui n’est pas méchant. Le titre doit bien sûr se comprendre sur le registre du vocabulaire enfantin. Dans cet épisode, Benjamin et sa maman font des courses après l’école. Dans les rayons, Benjamin fait ses choix. Les pâtisseries et autres délices captent toute son attention. Mais sa maman remplit plutôt le caddie avec des légumes et autres denrées bien plus saines, ce qui ne lui plaît assurément pas du tout. Il fait donc tout naturellement la mauvaise tête. Son imaginaire amplifie sa frustration. Il voit un immense chou-fleur l’attaquer, alors qu’il ne rêve que de s’empiffrer de gâteaux. Au souper, malgré les protestations de Benjamin, maman lui sert du chou-fleur dans son assiette. Une BD toute en finesse. Un moment magique de lecture à partager avec vos boutchous. « Beurk, le chou-fleur ! », sixième tome de « Méchant Benjamin », par De Brab, aux éditions Dupuis, collection Puceron.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

12:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beurk, le chou-fleur !, méchant benjamin, de brab, dupuis, puceron |  Facebook |

27/10/2010

Absences / Phoenix, T.1 / Gaudin, Peynet / Soleil

 

phoenix1.JPG

« Phoenix » évoque, dans nos référents culturels, un oiseau fabuleux de la mythologie, symbole de l’immortalité, il serait capable de renaître de ses cendres. « Phoenix », c’est aussi le nom d’une ville en Arizona, aux Etats-Unis. Nous ne saurons pas d’amblée à quoi se rapporte le titre générique de cette nouvelle série prévue en cinq tomes. L’intrigue se développe en Californie, pas en Arizona. Quant à l’oiseau mythique, il est lié à la couleur pourpre, mais c’est une lueur verte qui illumine le ciel en ce jour fatidique. Ce qu’il s’est passé, on devine que c’est une expérience scientifique, mais aucune autre précision ne nous est donnée, ni d’ailleurs aux habitants des zones limitrophes. Ils ont seulement reçu l’injonction de se cloîtrer chez eux au moment de l’expérience. Mais un groupe d’enfants n’a pas respecté le timing. Ils ont été exposés à la lueur verte. Vingt-six ans plus tard, l’un d’eux est en proie à des insomnies violentes. La lumière verte y est bien évidemment pour quelque chose. Parallèlement, en d’autres lieux, une lumière verte fait imploser un téléviseur devant un vieillard rabougri, vissé sur sa chaise. Lorsque l’infirmière tente de le déplacer, il prend la mouche et entre dans une colère noire, mobilisant une force herculéenne. « Absences », premier tome rudement bien ficellé de « Phoenix », une série mystérieuse à souhait, par Gaudin et Peynet, aux éditions Soleil.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

12:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : absences, phoenix, gaudin, peynet, soleil |  Facebook |

26/10/2010

Menace sur le fleuve / Bernard Prince, T.18 / Yves H., Hermann / Le Lombard

 

bprince18.JPG

Cette série a connu ses heures de gloire dans les années septante, puis les albums se sont espacés. Le dernier date de la toute fin des années nonante. Et aujourd’hui sort un nouvel épisode. C’est un peu comme si l’on soufflait sur des cendres pour en faire jaillir des flammèches et raviver un feu qu’on n’aurait pas vraiment envie de voir s’éteindre. Reste à savoir qui est ce « on ». Que l’éditeur souhaite exploiter une série au fort potentiel, c’est compréhensible. D’autant plus qu’Hermann fait partie des auteurs les plus appréciés dans la longévité. Quant à Hermann lui-même, il doit sûrement entretenir un sentimentalisme bien compréhensible pour ces personnages intègres, fonceurs et attachants. Le groupe est bâti sur un modèle qui a fait ses preuves : un héros beau gosse, Bernard Prince, un faire-valoir bourré de défauts vecteur d’humour, Barney Jordan, et un jeune protégé, un enfant indien nommé Djinn. Impossible de ne pas penser à Tintin, au capitaine Haddock et au jeune Tchang. Il n’y a aucune raison de bouder une recette qui marche. Autre recette éternelle : l’aventure dans toute sa pureté, avec des méchants pas beaux et sans ambiguïté. Et puis, l’exotisme, le dépaysement. L’ultime bonne raison de s’exalter, c’est bien sûr un dessin superbe. Voilà, vous êtes prêts à déguster et à décoder ce dix-huitième tome de « Bernard Prince », « Menace sur le fleuve », par Yves H. et Hermann, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

12:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : menace sur le fleuve, bernard prince, yves h., hermann, le lombard |  Facebook |

25/10/2010

Lapins sur la lune / Le Rêve du papillon, T.1 / Marazano, Yin / Dargaud

 

revepapillon1.JPG

Une pauvre petite orpheline un peu aventureuse s’est égarée dans la neige. En essayant de retrouver son chemin, elle découvre une ville étrange, peuplée d’animaux parlants qui la regardent avec effroi, non pas qu’ils n’aient jamais vu d’humain mais plutôt scandalisés de voir une petite fille oser se montrer en public. Car dans ce monde la, bestiaire totalitaire, les enfants humains sont des parias priés de rester cachés et de travailler comme petites mains corvéables à merci. Cet univers onirico-fantastique est le décor d’une histoire riche en symboles, culturellement ancrée et qui promet des développements alléchants. Graphiquement, la référence saute aux yeux. Alors que Marazano puise ses sources  narratives dans l’univers imaginaire de Lewis Caroll, Yin, lui répond au diapason avec une imagerie inspirée des travaux de Hayao Miyazaki, soutenue par un rythmique à mi-chemin entre la BD asiatique et la BD européenne. Cette parfaite adéquation texte-image renforce un récit porteur de sens, accessible à tout type de public. L’élément déclencheur en est une parabole du penseur taoïste chinois ZhuangZi dans laquelle un sage rêve qu’il est un papillon. Quand il se réveille, il se demande s’il n’est pas un papillon qui rêve qu’il est un homme. La nature profonde de la réalité est ainsi posée, avec concision. « Lapins sur la lune », premier tome du « Rêve du papillon », par Marazano et Yin, Aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

10:32 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lapins sur la lune, le rêve du papillon, marazano, yin, dargaud |  Facebook |

15/10/2010

Walking blork / Game over, T.5 / Midam, Adam, internautes / Mad Fabrik

 

blork.jpg

 

C’est Kid Paddle qui ouvre les pages de cet album. Rien de plus naturel puisque « Game over » relate les mésaventures gores de l’avatar de Kid Paddle, un petit barbare chétif évoluant dans un jeu aux pièges innombrables dont l’objectif est de libérer une princesse fluette. Evidemment , il n’y arrive jamais. Le petit barbare se heurte perpétuellement à une armée de blorks, des monstres aussi bêtes que méchants. Si la physionomie des blorks ne varie pas beaucoup, leur mise en situation, elle, bénéficie d’un extraordinaire déploiement d’imagination. Le canevas des gags de Game Over ne varie pas. Il s’agit toujours du même objet à une quête perdue d’avance et bouclée en une ou deux pages, dans un univers à la fois multiple et très limité, celui du jeu vidéo. La technique narrative du running gag a fait ses preuves, surtout sous la plume de Midam. Pour éviter un possible essoufflement, les internautes ont été sollicités et le sont encore. Tout un chacun peut proposer un ou plusieurs gags sur le site de Game Over et voir ses propositions mises en cases dans un album. C’est le cas de celui-ci, qui recèle des trésors d’inventivité, réajustés par les auteurs. AU final, c’est une BD dont on se délecte sans retenue, une admirable réussite conceptuelle, dessinée avec une expressivité constante. « Walking blork », cinquième tome de « Game over », par Midam, Adam et les internautes, aux éditions Mad Fabrik.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : walking blork, game over, midam, adam, internautes, mad fabrik |  Facebook |

13/10/2010

Hommage à André GEERTS

"Mamy blues", le dix-huitième tome de « Jojo » sera dédicacé par vingt-sept auteurs, amis d'André Geerts. Ils lui rendent ainsi un hommage extraordinaire.

Il s'agit là d'un événement tout à fait exceptionnel puisque jamais des auteurs de bande dessinée ne se sont réunis pour dédicacer dans un seul album d'une série qui n'est pas la leur.

Le mardi 27 juillet, André Geerts nous quittait des suites d’une pénible maladie, comme on dit.

Son décès prématuré a été ressenti avec énormément d’émotion par l’ensemble de la profession. Parce que André faisait l’unanimité tant par sa personnalité que par son talent.

Cette émotion s’est notamment traduite dans le journal de Spirou où pas moins de 66 auteurs lui ont rendu hommage dans le numéro 3778 du 8 septembre 2010.

A présent, “Mamy Blues”, le tome 18 de « Jojo » sort en librairie et André n’est pas là pour le voir.

Les éditions Dupuis  organisent un certain nombre de séances de dédicaces où les amis d’André, également auteurs de bande dessinée, le remplacent auprès de son public. Près de 30 auteurs ont répondu avec enthousiasme à cette proposition et signeront exclusivement dans le tome 18 de Jojo.

 

Les séances de dédicaces auront lieu dans plusieurs librairies à Bruxelles, Namur et Liège:

Mercredi 20 octobre de 16h à 18h chez Multi BD  : Sergio Salma – Alain Jansen – Renaud Collin et René Follet  

Mercredi 20 octobre de 16h à 18h chez Slumberland 1 CBBD  : Bom, Thierry Bouüaert,  Christian Darasse  et Frank Pé

Mercredi 20 octobre de 16h à 18h chez Slumberland 4 Uccle : Bercovici, Lucien de Gieter, Daniel Kox - Philippe Tome

Mercredi 20 octobre de 16h à 18h chez Slumberland 6 Liège : Clarke, Denis Lapière, Laudec, Olivier Saive et François Walthéry

Jeudi 21 octobre de 16h30 à 18h30 chez Slumberland 2 Woluwé : De Brab, Olivier Grenson et Philippe Wurm

Jeudi 21 octobre de 16h30 à 18h30 chez Slumberland 5 Namur : Antonio Lapone, Virginie Vertonghen et Stédo

Samedi 23 octobre de 16h à 18h chez Slumberland 6 Liège : Stephan Colman, Marc Hardy, Gazzotti et Peral

 

 

Librairie Multi BD : 122-128 boulevard Anspach  à 1000 Bruxelles, T 02/513 72 35 - info@multibd.com

Slumberland 1 – CBBD : Rue des Sables 20 à 1000 Bruxelles,T 02/219.58.01  - tome1@slumbybd.com

Slumberland 2 : Rue st Lambert 131 à 1200 Woluwe-Saint-Lambert, T 02/771.72.78 -  tome2@slumbybd.com

Slumberland 4 : Chaussée de Waterloo 752 à 1180 Uccle, T 02/648.04.40  - tome4@slumbybd.com

Slumberland 5 : Rue de l'Ouvrage 16 à 5000 Namur, T 081/22 76 74 - tome5@slumbybd.com

Slumberland 6 : Rue des Dominicains 24, à 4000 Liège, T 04/223 55 01  - tome6@slumbybd.com

21:18 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : andré geerts |  Facebook |

12/10/2010

White ladies / Under, T.1 / Bec, Raffaele / Le Lombard

 

under.jpg

Un récit signé Christophe Bec nous réserve à coup sûr des scènes d’effroi intense dans un univers claustrophobique, les conditions parfaites pour une histoire d’horreur bien charpentée. Le titre nous conforte dans cette promesse attendue. Under nous plonge dans les entrailles de nos villes, leurs réseaux d’égouts. Le décor est choisi ; les personnages vont pouvoir entrer en scène. Une équipe de représentants de l’ordre spécialisée est chargée d’escorter une ravissante chrypto-zoologue. Pour ceux d’entre-vous qui n’ont aucune notion étymologique ou qui n’ont pas lu la série « Jason Chase », chez un autre éditeur, sachez que la chrypto-zoologie étudie les formes fossiles d’animaux vivants. C’est là que s’ouvre un gouffre vers des abîmes d’inventivité. La voie est toute tracée vers les élucubrations les plus folles, style Yéti, ou autres monstre du Loch. Il y a aussi les légendes urbaines, ces récits troublants construits sur fond de vérité. Et c’est le terreau dans lequel se développe cette nouvelle série. Les égouts d’une mégapole recèlent des créatures mutantes qui ont évolué au départ d’animaux jetés dans les toilettes et qui se sont adaptés à leur nouveau milieu, de génération en génération. Efficace, percutante, terrifiante, cette BD n’en reste pas moins accessible à un large public friand d’aventure à la sauce pimentée. « White ladies », premier tome de « Under », par Bec et Raffaele, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : white ladies, under, bec, raffaele, le lombard |  Facebook |