30/09/2010

Au bord de l’eau / Volume 2 / Morvan, Le Gal, Peng / Delcourt / coll.Ex-libris

 

Au-bord-de-leau2.jpg

Cette BD est l’adaptation haut en couleurs d’un roman fleuve chinois qui figure parmi les grands classiques de la littérature et l’un des quatre ouvrages phare de la culture chinoise. Autant dire que les auteurs s’attaquent à une véritable montagne. Entre les monts et les merveilles, la relation est intense. Graphiquement soignée, agréable à lire, ce récit caractérisé par en enchaînement de bouleversements de destinées, comptant des protagonistes à foison, empêtrés dans les méandres de la fatalité. Ils sont confrontés à des choix déterminants. Le leitmotiv est toujours un rébellion contre l’autorité, le pouvoir en place ou contre le groupe des plus forts. Ces hors-la loi successifs se passent tour à tour le relais de la subversion, pour atteindre in fine le chiffre de cent et huit. Leurs chemins se croisent ensuite au gré de leur errance en ce Moyen-âge de la dynastie des Song. Leur histoire fictive basée sur des faits avérés nous est dévoilée en trois tomes. Une adaptation en version manga existe également. En réalité la traduction littérale serait plutôt « le récit des berges », ce qui place les acteurs dans la mouvance du fleuve et non sur la terre ferme, immobile. La force de cette BD, c’est aussi le rendu des combats, vibrant hommage aux arts martiaux. « Au bord de l’eau », deuxième volume, par Morvan, Le Gal et Peng, aux éditions Delcourt, collection Ex-libris.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : au bord de l’eau, morvan, le gal, peng, delcourt, ex-libris |  Facebook |

29/09/2010

Rédemption / La Jeunesse de Blueberry, T.19 / Blanc-Dumont, Corteggiani / Dargaud

 

bluebrry.JPG

La série « Bueberry » connaît une longévité exemplaire dans le paysage éditorial. Initiée par Charlier et Giraud, son destin a ensuite été confié à d’autres auteurs. Parmi eux, François Corteggiani et Michel Blanc-Dumont se montrent respectueux de l’œuvre initiale, mais peut-être avec excès, au point de rester trop sage. Pourtant, Blueberry est typiquement le héros qui se prête aux revirements inattendus. Jean Giraud l’a d’ailleurs démontré dans la série « Mister Blueberry ». Mike Steve Donovan, alias Blueberry, incarne nos contradictions humaines. Tête brûlée, il se montre aussi sentimental ou désabusé. Solitaire, il n’en néglige pas pour autant ses amis. Issu d’une riche famille du Sud, il combat sous drapeau nordiste et fréquente les pires canailles dans les bouges les plus infâmes. Justicier sans peurs mais pas sans reproches, sa morale repose sur des principes qu’il n’hésite pas à mettre de côté en fonction des impératifs. L’armée le qualifie d’incontrôlable mais il lui rend de fiers services, toujours prêt à accomplir les missions les plus dangereuses. C’est encore le cas dans cet album conclusion d’une aventure. Confronté à un assassin mystique qui embobine les habitants d’un village par ses sermons, Blueberry est tombé dans un piège dressé par son propre commanditaire. « Rédemption », dix-neuvième tome de « La Jeunesse de Blueberry », par Blanc-Dumont et Corteggiani, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rédemption, la jeunesse de blueberry, blanc-dumont, corteggiani, dargaud |  Facebook |

28/09/2010

WTC, acte 1 / 9/11, T.1 / Corbeyran, Bartoll, Jef / 12 bis

 

911wtc1.JPG

Al-Qaïda est une organisation terroriste islamiste montée par le cheik Abdullah Yusuf Azzam et son élève Oussama Ben Laden en mille neuf cent quatre-vingt sept. Au cours de la décennie qui a suivi, les États-Unis ont été la cible de plusieurs attentats revendiqués par Al-Qaïda: l'attentat du World Trade Center au véhicule piégé, l'attentat des tours de Khobar à Dhahran en Arabie saoudite, les attentats des ambassades américaines en Afrique à Nairobi au Kenya et à Dar es Salaam en Tanzanie. Ces actions terroristes sont le prélude à la tragédie du onze septembre deux mille un, marquée surtout par l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center à New York. Si Al-Qaïda l’a rapidement revendiqué, de nombreux doutes subsistent quant aux véritables motivations. De nombreux analystes avancent une théorie du complot, et apportent des éléments troublants sur les intérêts financiers liés à l’exploitation pétrolière. Ils posent également des questions pertinentes sur les liens entre des membres de l’administration américaine et les commanditaires. Cette BD revient sur des éléments factuels et des événements clés dans la compréhension de ce qui s’est réellement passé, un travail minutieux, bien documenté, admirablement servi par un graphisme austère. « WTC, acte 1 », premier tome de « 9/11 », par Corbeyran, Bartoll et Jef, aux éditions 12 bis.

 

BD commentée par Marc Descornet

  

 

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wtc, acte 1, 911, corbeyran, bartoll, jef, 12 bis |  Facebook |

27/09/2010

L’ordre naturel des choses / Le Tueur, T.8 / Jacamon, Matz / Casterman / coll.Ligne rouge

 

tueur8.JPG

Le tueur est un professionnel implacable. Il assassine sur commande. L’exécution de ses contrats est soignée. Il fait mouche à tous les coups. Ses tarifs sont proportionnels à la qualité de ses services. Il n’a pas de nom. On l’appelle seulement le Tueur. Son visage, quoique humain, reste serein et impassible. Il ne ressent aucun remord pour ses victimes, hommes, femmes ou enfants, même si parfois des scrupules le titillent. Le tueur est un philosophe aussi. C’est d’ailleurs une profonde réflexion sur la vie et sur le sens de notre existence qui la dirigé vers ce métier si particulier et qui le conforte dans ce choix. Les travers de l’humanité n’ont aucune circonstance atténuante à ses yeux. Quant à la marche du monde, elle suit simplement l’ordre naturel des choses. De tous temps, la loi du plus fort s’est imposée, c’est une loi naturelle qui a pour corollaire une sélection tout aussi naturelle. Pour que les plus forts puissent vivre, il faut que les plus faibles meurent. Le tueur ne fait rien d’autre que d’appliquer cette loi. Cette superbe série ne faiblit pas. Le propos reste percutant, la mise en image y contribue grandement. Mais il devient temps que cette histoire qui s’étale sur plusieurs tomes arrive à sa conclusion. « L’ordre naturel des choses », huitième tome du « Tueur », par Jacamon et Matz, aux éditions Casterman, collection Ligne rouge.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’ordre naturel des choses, le tueur, jacamon, matz, casterman, ligne rouge |  Facebook |

24/09/2010

Le Pont de Sepharée / Sept cavaliers, T.3 / Raspail, Terpant / Delcourt / coll.Hors collection

 

7cavaliers3.JPG

Le titre original du roman de Jean Raspail est « Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée ». Quiconque a lu ce roman comprend aisément l’insurmontable gageure à laquelle s’est attaquée Jacques Terpant. Raspail se serait déclaré tout à fait satisfait du résultat. En effet, l’œuvre d’une poésie sublime trouve dans sa version dessinée une juste traduction en images de la verve du roman. Certes, on ne peut pas parler de transcription fidèle, mais plutôt d’une sensibilité admirablement rendue. Il y a des différences, peut-être davantage de noirceur dans les relations humaines. Les sept cavaliers sont les derniers soldats valides d’un royaume exsangue, que la raison et la foi ont déserté, un royaume livré aux hordes sauvages. Ces sept cavaliers entreprennent une quête aux confins du royaume pour tenter de trouver des poches de civilisation desquelles tout pourrait renaître, tel le phoenix de ses cendres. Mais au fur et à mesure de leur progression, leur groupe s’amenuise et l’espoir suit le mouvement. Il s’agit d’un voyage initiatique doublé du constat d’une perte de valeurs dans notre société contemporaine, des valeurs telles que l'honneur, la fidélité, le courage ou l'esprit de sacrifice. « Le Pont de Sepharée », dernier tome des « Sept cavaliers », par Raspail et Terpant, aux éditions Delcourt.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pont de sepharée, sept cavaliers, raspail, terpant, delcourt, hors collection |  Facebook |

23/09/2010

Faites-la taire / Sisco, T.2 / Benec, Legrain / Le Lombard / coll.Troisième vague

 

sisco2.JPG

Ce deuxième tome conclut l’action initiée dans le premier. Cette affirmation est assez plate, mais elle résume bien l’histoire. Car pour tout dire, cette série ne convainc pas. Derrière une façade alléchante, à savoir le dessin très plaisant de Legrain, le contenu laisse sérieusement à désirer. Le héros est un assassin au service de l’état français. Sisco résout les problèmes de manière radicale, au nom de la raison d’état. C’est lors d’une de ces missions qu’un témoin le surprend et le filme dans ses œuvres avec son gsm. Une chasse à l’homme conduit le département à identifier une journaliste qui possède à présent l’enregistrement compromettant. Sisco l’a presque rattrapée. Mais une menace pèse sur lui. Il est victime d’un jeu de pouvoir au sein du département. Tous les coups sont permis, particulièrement les plus bas. Et bien sûr avec des méthodes radicales. On ne change pas une recette qui marche. Dans le premier tome, l’intrigue n’arrivait pas à décoller. Tout au plus y avons-nous découvert le profil du personnage principal, un tueur froid, antipathique, sans idéal ni remord, auquel le lecteur aura du mal à s’identifier. Avec le deuxième tome de « Sisco », on aurait pu s’attendre à un approfondissement de l’intrigue. Grosse déception, il n’en est rien. « Faites-la taire », par Benec et Legrain, aux éditions Le Lombard, collection Troisième vague.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : faites-la taire, sisco, benec, legrain, le lombard, troisième vague |  Facebook |

22/09/2010

La Grande escroquerie / Le Casse, T.4 / Duval, Quet / Delcourt

 

casse4.JPG

Les Sex Pistols sont considérés comme le groupe de rock qui a lancé véritablement le mouvement punk, avec leur irrévérence affichée envers la monarchie anglaise et l’ordre établi. En mille neuf cent septante sept, les célébrations en l’honneur du jubilée de la reine Elisabeth deux ont été l’occasion pour les Sex Pistols de se faire remarquer lors d’un concert donné sur un bateau au milieu de la Tamise, en face du Parlement britannique. Comme à chaque représentation du groupe, la violence s’invite à la fête et tout dégénère complètement. Les forces de police sont sur le pied de guerre. Parallèlement, et non loin de là, un échange se déroule entre trafiquants. Le feu et le plomb vont aboyer plus fort que les Sex Pistols. Le sang coule. Plusieurs jeunes restent sur le carreau. Parmi les policiers, il en est un qui assouvi un désir personnel d’en découdre avec ces dépravés de punks. Le décor est planté. L’irrémédiable mécanique diabolique va emporter les protagonistes dans un engrenage mortel. Ce récit allie avec brio des faits véridiques et une fiction d’un réalisme rare. Quant au graphisme, assez particulier, il oscille entre descriptif et émotif, avec une remarquable constante de style. Une BD à dévorer en écoutant à s’en arracher les tympans : « Never Mind The Bollocks, Here's the Sex Pistols ». « La Grande escroquerie », dans la série « Le Casse », par Duval et Quet, aux éditions Delcourt.

 

BD commentée par Marc Descornet

 


 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la grande escroquerie, le casse, duval, quet, delcourt |  Facebook |