31/08/2010

Les Désarmés / Mezzo, Pirus / Drugstore

 

desarmes.JPG

Cet album volumineux est une réédition d’une histoire en deux tomes, mais une réédition retravaillée, surtout au niveau de la narration et des couleurs. Le résultat est une merveille de polar noir. Le duo d’auteurs avait récemment bluffé les lecteurs avec « Le Roi des mouches », une critique sociale acerbe. Fort de ce succès, ils remettent en musique une de leurs précédentes réalisations avec un bonheur jouissif et communicatif. C’est une véritable perle qui en ressort. Dans un bled au fin fond du Texas, Baby Jack, un paumé, revient dans sa ville natale. Il prend une chambre dans un hôtel face à la banque, un poste d’observation idéal pour préparer un mauvais coup. Ce qu’il ignore, c’est que sa chère maman, Angie, s’apprête elle aussi à dérober le contenu de la banque, au sein d’un gang de crapules dont fait partie le Sheriff lui-même. Ce qu’Angie ignore, elle, c’est que son rôle est écrit d’avance et ne correspond pas au script qui lui a été communiqué. Quant au Sheriff, il ignore, c’est qu’il est lui-même le jouet de ses commanditaires et que le destin ne sera pas aussi brillant qu’il se plaît à l’imaginer. Là-dessus vient se greffer une histoire de famille des plus glauques. On n’en demandait pas tant, mais on est servi, et de belle manière. Un superbe récit, prenant de bout en bout, digne des meilleurs polars : « Les Désarmés », par Mezzo et Pirus, aux éditions Drugstore.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les désarmés, mezzo, pirus, drugstore |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.