09/08/2010

Le Parfum de l’invisible, T.2 (couleurs) / Manara / Drugstore

parfum-2.JPG

Le mythe de l’homme invisible est né dans les Dialogues de Platon qui racontait l’histoire de Gygès le Lydien. Gygès avait un anneau d’invisibilité qui lui a permis d’assassiner le roi de Lydie après en avoir séduit l’épouse. Il prit dès lors le pouvoir. Il est amusant de lire dans ce récit que c’était d’un clic que l’anneau rendait invisible. On ne peut s’empêcher de faire le lien avec Le Déclic, l’autre fameuse BD érotique de Manara. L’homme invisible a réapparu, si l’on peut dire, à la toute fin du dix-neuvième siècle, dans le roman de Herbert George Wells. Débarrassé du côté sexuel, l’homme invisible utilise un produit aux effets secondaires qui le rendent fou. Il perd par ailleurs tout sens moral, du fait d’échapper au regard des autres, à ce regard jugeant de la société. Désinhibé, loin de la morale sociale, l’homme devient un monstre. Dans Le Parfum de l’invisible, Milo Manara réintroduit la sexualité et lui donne même une place prépondérante. Une mixture à l’odeur de miel permet de rendre invisible toute personne qui s’en enduirait. De là vont arriver des situations torrides et fantasmatiques, mais aussi des scènes d’une violence digne du sado-masochisme. L’ensemble paraît un peu décousu et pêche par son rythme inégal, mais le dessin sensuel est un ravissement à chaque case. « Le Parfum de l’invisible », deuxième tome en couleurs, par Manara, aux éditions Drugstore.


 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le parfum de l’invisible, manara, drugstore |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.