31/05/2010

Les enfants de l’envie / Piquet / Casterman / coll.écritures

enfantsenvie

Derrière ce titre emprunt de poésie se dissimule une réalité bien crue, celle de ceux que l’on a longtemps qualifiés de bâtards, ces enfants nés d’une histoire d’amour éphémère ou même d’un moment de folie passagère. Basile est l’un d’eux. Il a grandi avec sa maman et ne connaît de son papa que le prénom, Henry, et son origine américaine. Ses inlassables questions auprès de sa maman restent sans réponses. Basile n’en saura donc pas plus sur son père et a abandonné l’espoir de le voir un jour. Basile est un trentenaire lorsqu’il revient dans sa petite ville de Laon après une longue période passée à Paris. Il y retrouve son ami Rémi, qui souffre d’une phobie sociale sévère. Rémi se sent extrêmement mal à l’aise lorsqu’il est en présence de gens qu’il ne connaît pas. Il évite les foules et s’est dégoté un emploi de veilleur de nuit, bien solitaire. Un beau jour, le maire de Laon organise des retrouvailles avec les soldats américains qui ont libéré la France en 45. Il propose à Basile d’exposer ses toiles. Car Basile peint invariablement des images de cette Amérique idéalisée, comme pour combler ce manque de papa, un papa qui va peut-être enfin réapparaître. Le trait sobre et linéaire de Gabrielle Piquet anime avec fluidité un récit touchant, sensible, qui nous invite à briser les freins que nous nous infligeons et qui nous empêchent de nous épanouir. « Les enfants de l’envie », aux éditions Casterman, collection écritures.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, ecritures, les enfants de l envie, piquet |  Facebook |

28/05/2010

Sors tes griffes pour ta planète / Grrreeny, T.1 / Araceli, Midam / Mad Fabrik

grrreeny1
Midam, l’auteur de Kid Paddle, a créé sa propre maison d’édition afin de gérer lui-même les droits de sa série au succès mondial. Cette nouvelle aventure lui permet aussi de se diversifier. Et en parlant de diversité, on pense immédiatement à la préservation de notre environnement et à cette fameuse phrase d’Antoine de Saint-Exupery « Nous n'héritons pas la terre de nos ancètres, nous l'empruntons à nos enfants ». S’il est ardu, et parfois vain d’éduquer les adultes, l’espoir réside auprès des enfants. Midam et Cancino proposent aux enfants et jeunes adolescents de suivre les mésaventures de Grrreeny, un tigre au pelage devenu tout vert suite à une plongée dans de l’eau radioactive. Par une série de péripéties, des thèmes de réflexion importants sont amenés avec fluidité, une manière attrayante et non moins pédagogique de traiter de sujets primordiaux. Et la formule fait mouche. On ne peut pas qualifier cet album de BD à l’état pur. C’est plutôt un brillant condensé d’informations utiles et ludiques dont le vecteur BD facilite la compréhension. En ce sens, c’est une belle réussite. On n’attendait pas Midam sur ce terrain. Il crée la surprise. Cet auteur accompli, qui pourrait vivre de son « fond de commerce » décide de s’engager et s’attire ainsi notre profonde sympathie. « 
Sors tes griffes pour ta planète », premier tome de « Grrreeny », par Araceli et Midam, aux éditions Mad Fabrik.

 

Album commenté par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : midam, sors tes griffes pour ta planete, grrreeny, araceli, mad fabrik |  Facebook |

27/05/2010

Le Dossier Raboukine / Les Quatre de Baker Street, T.2 / Djian, Legrand, Etien / Vents d’Ouest

4bakerstreet2

Les quartiers mal famés du Londres de la fin du dix-neuvième siècle sont un terrain idéal pour des histoires de tueurs impitoyables, agissant au détour d’une ruelle sombre, noyée dans le brouillard. Le célèbre Jack l’Eventreur y avait défrayé la chronique en assassinant sauvagement de nombreuses prostituées. Il semble qu’il ait fait un émule puisqu’après une longue accalmie des femmes de mauvaise vie se font à nouveau trucider. Parmi elles, Sally, une dame qui s’était occupée d’un des quatre enfants de Baker Street. Nous découvrons ainsi une part du passé de Billy. Et c’est le départ dune nouvelle enquête pour ces investigateurs en herbe qui se targuent d’être les assistants du fameux Sherlock Holmes. C’est en allant voir le détective que les Quatre rencontrent une jeune femme venue faire appel à ses services. C’est une immigrée russe qui tente d’innocenter son compagnon, accusé de meurtre. Et c’est là que les deux affaires se recoupent. Les Quatre vont alors mettre leur savoir-faire au service d’un groupe clandestin d’activistes anti-tsaristes. Un scénario magistralement bien huilé, qui vous tient en haleine du début à la fin, servi par un superbe dessin, à la fois léger et très fouillé, le tout d’une fluidité exemplaire. Une remarquable prouesse dans le registre de la BD grand public. « Le Dossier Raboukine », deuxième tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Legrand et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : legrand, djian, vents d ouest, les quatre de baker street, etien, le dossier raboukine |  Facebook |

25/05/2010

Free Tibet / Caroline Baldwin, T.14 / Taymans / Casterman / coll.Ligne rouge

baldwin14

Toujours aussi efficace, cette série s’enrichit d’un récit engagé pour la cause du Tibet. Caroline Baldwin grimpe sur le mont Everest pour sauver la vie d’une amie et de ses compagnons militants, bien déterminés à planter un drapeau tibétain au sommet alors que les jeux olympiques se déroulent en Chine. Ils profitent de la présence en masse des médias pour attirer l’attention sur le combat des Tibétains. Ils doivent pour cela échapper aux patrouilles chinoises déployées partout. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’une menace bien plus grande se dissimule parmi eux. Un des membres de l’expédition est un tueur à la solde des intérêts chinois. Caroline Baldwin va tout faire pour mettre un terme à ce terrible danger. Cet excellent divertissement nous propose une course contre la mort assortie d’un message de nature engagée. Depuis soixante ans, la Chine occupe le Tibet, et le Dalaï Lama, son chef temporel et spirituel, est en exil en Inde. Malgré plusieurs résolutions de l’ONU, le droit à l’autodétermination du peuple tibétain n’est pas respecté. Les pays occidentaux qui pourraient faire pression sur la Chine s’abstiennent prudemment de contrarier le géant asiatique, même si Barack Obama a accueilli récemment le Dalaï Lama. « Free Tibet », quatorzième tome de « Caroline Baldwin », par Taymans, aux éditions Casterman, collection Ligne rouge.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, taymans, ligne rouge, free tibet, caroline baldwin |  Facebook |

24/05/2010

L’Héritier / L’Ecole Capucine, T.2 / Djian, Vincent / Vents d’Ouest

capucine2

Ca se passe au milieu du dix-neuvième siècle dans un petit village de Bretagne. Une femme fortunée, originaire du cru, revient après des années d’absence, en compagnie de son mari, un homme brimé par cette femme imbue d’elle-même. Un jeune garçon a traversé le temps pour ouvrir les yeux de cet adulte qu’il est devenu. Des événements étranges se multiplient. Le premier tome lançait de nombreuses pistes et multipliait également les personnages entourés d’un profond mystère. La densité extraordinaire laisser présager une fin redoutable à ce récit bien charpenté. Et puis voilà le deuxième opus avec la conclusion de l’histoire et le soufflé se dégonfle pathétiquement. La trame savamment tissée devient un indescriptible patchwork, un bric-à-brac narratif décevant qui laisse le lecteur pantois. Les révélations sur les motivations des uns et des autres viennent sans crier gare et sans logique. Les personnages s’affadissent tristement pour ne montrer qu’un visage lisse. On dirait que Djian a voulu boucler son album en engluant le lecteur dans un inextricable méli-mélo. Il aurait été mieux inspiré de le caresser dans le bon sens du poil, quitte à se permettre un troisième album pour éviter certains raccourcis et incohérences. Le résultat est calamiteux. Seul le dessin de Vincent sauve la mise. « L’Héritier », deuxième tome de « L’Ecole Capucine », par Djian et Vincent, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vincent, djian, vents d ouest, l heritier, l ecole capucine |  Facebook |

22/05/2010

Un Long destin de sang / Acte 1 / Bollée, Bedouel / 12 bis

destinsang1

La première guerre mondiale a été une immonde boucherie. Les soldats étaient soumis aux pires conditions. Coincés au fond de tranchées, pataugeant dans le boue et le sang, entre des barbelés, dans une promiscuité atroce, oppressante, et la mort frappant n’importe où n’importe quand et de toutes les manières. Parmi ces morts, certains l’ont été par leur propres frères d’armes. Il y a eu Les fusillés pour trahison parce qu’il n’ont pas pu ou voulu continuer à s’étriper. Et puis, il y a aussi eu les victimes d’expérimentations ou de décisions absurdes, comme le quatre cent dix-huitième régiment français d’infanterie. Ces hommes ont été sauvagement massacrés par des Français. Un seul rescapé s’en est sorti et a immortalisé le forfait sur la pellicule de son Kodak. Mais ensuite sont venus les gaz mortels, et il a enterré son appareil photo avant de succomber. Par un cheminement mystérieux, les photos compromettantes sont arrivées entre les mains d’un journaliste militaire. Celui-ci décide d’interpeller le général responsable du régiment. Sur base de faits historiques, l’enquête du journaliste est menée dans un contexte de tensions qui lui confère un attrait supplémentaire. Le traitement graphique de toute beauté, très maîtrisé, renforce l’oppression permanente. Un récit de belle qualité, prévu en deux albums. « Un Long destin de sang. Acte 1 », par Bollée et Bedouel, aux éditions 12 bis.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bollee, 12 bis, un long destin de sang, acte 1, bedouel |  Facebook |

21/05/2010

Le Dernier sang / Cassio, T.4 / Desberg, Reculé / Le Lombard

cassio4

Cassio est un jeune avocat romain de l’antiquité. Il a été assassiné par quatre personnes simultanément, qui lui ont chacune donné un coup de couteau mortel. Nous connaissons à présent l’identité des quatre meurtriers dont le dernier nous est révélé d’amblée, au début de cet album. De nos jours, une jeune archéologue enquête sur la mort de Cassio et découvre non seulement toute la vérité sur la mise à mort mais aussi des poudres mystérieuses concoctées par Cassio lui-même. Car il était aussi un formidable guérisseur et un redoutable adversaire. Cassio était capable, par le touché, de pénétrer virtuellement dans le corps et l’esprit, et d’y porter secours ou au contraire d’infliger des souffrances atroces. Ces poudres attisent la convoitise de certains. L’intrigue s’épaissit autant dans son volet antique que dans son volet contemporain. Ce quatrième tome nous livre pas mal de réponses mais suscite également bon nombre de nouvelles interrogations, comme autant de pistes destinées à alimenter les épisodes à venir. Stephen Desberg a habilement amené son sujet, nous a savamment aguiché, avec un solide scénario, au découpage impressionnant. Quant au dessin d’Henri Reculé, il gagne en maturité, produit davantage d’effets. Les couleurs de Bertrand Denoulet sont la cerise sur le gâteau de ce quatrième tome de « Cassio », « Le Dernier sang », aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : desberg, le lombard, cassio, recule, le dernier sang |  Facebook |