13/05/2010

Sigwald / Les Aigles décapitées, T.22 / Pierret / Glénat / coll.Vécu

aigles22

Cette série moyenâgeuse initiée par Kraehn et Pellerin a la vie longue. Michel Pierret s’en est approprié le graphisme et le rythme narratif avec les honneurs. Sigwald est le fils d’Hugues de Crozenc qui vient de conquérir un château et qui en explore les recoins. Il faut absolument se replonger dans le tome précédent pour revivre le magnifique assaut. Hugues de Crozenc est pris à partie par un groupe d’agresseurs parmi lesquels Al Mansour, son ennemi juré. Ce sarrasin, ancien adversaire des croisades, s’est allié à un seigneur opposé à Crozenc. Sigwald se lance à leur poursuite pour délivrer son père. Il a confié la relique que lui a confiée son père à son amie intime Clotilde. Ce qu’il ne sait pas, c’est que le chemin de sa belle va croiser celui d’Al Mansour, avec une issue tragique. Les ravisseurs sèment la mort sur leur passage. Sigwald suit leur piste sanglante avec l’aide d’un gamin dont les parents ont été atrocement tués. Nous assistons dans cet épisode à une sorte de remise des compteurs à zéro, par le croisement et la résolution de différentes pistes et sous-histoires entamées dans les précédents albums. Espérons que les suivants bénéficient d’un nouveau départ salvateur car cet ajustement présente quelques incohérences. Un récit un tantinet bancal donc :« Sigwald », vingt-deuxième tome des « Aigles décapitées », par Pierret, chez Glénat, collection Vécu.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, pierret, vecu, sigwald, les aigles decapitees |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.