30/04/2010

Nietzsche / Se créer liberté / Le Roy, Onfray / Le Lombard

nietzsche

Cet album est surprenant à plus d’un titre. D’abord il figure au catalogue du Lombard, éditeur qui n’est pas coutumier de ce genre de biographie engagée. Ensuite, le choix de Friedrich Nietzsche est singulier. Ce philosophe n’est pas particulièrement accessible au grand public, d’autant plus que sa véritable pensée a été pervertie par ses ayants droits. Enfin, l’approche qui est adoptée sort des sentiers battus. Nous découvrons Nietzsche avant tout en tant qu’homme, avec son parcours chaotique. Promis à un bel avenir et une carrière enviée dans l’enseignement, il choisit de tout quitter pour rester fidèle à sa pensée et à ses convictions. C’est un véritable engagement total et sans concession. Ce récit tend à nous montrer que Nietzsche avait un esprit romantique. Nous apprivoisons cet homme qui nous semblait de prime abord insaisissable, et nous le comprenons. Les auteurs ont eu l’intelligence de vulgariser les théories de Nietzsche sans les dénaturer, ce qui les rend très digestes. Ils ne font pas l’impasse sur la folie dans laquelle le philosophe de génie a finalement sombré, ce qui n’enlève rien à la crédibilité et à la portée de ses écrits. Maximilien Le Roy, dont l’album « Hosni » a été nominé pour le prix de la BD sociale Carolus Quintus, signe ici une œuvre belle et singulièrement attachante : « Nietzsche. Se créer liberté », sur un script de Michel Onfray, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : onfray, le lombard, le roy, nietzche |  Facebook |

29/04/2010

Hermine / Le Sang des Porphyre, T.4 / Balac, Parnotte / Dargaud

porphyre4

Le Finistère, région rocailleuse de Bretagne, en bord de mer, à la fin du dix-huitième siècle, est le témoin d’une lutte avide entre les descendants d’un naufrageur. Hyacinthe Porphyre a été pendu. Ses enfants sont déchirés et tous à la recherche du fabuleux trésor amassé par leur père. Il va sans dire que cet hypothétique trésor dégage des relents sulfureux. La damnation est d’ailleurs inscrite dans le patrimoine génétique des Porphyre. Il n’est dés lors par étonnant de voir les événements se succéder à un rythme d’enfer. Visiblement très inspiré, le scénariste Balac, alias Yann, semble insuffler dans cette intrigue romanesque une bonne partie de son âme. Yann est originaire de Bretagne. Il avait déjà signé sous le pseudo de Balac le premier tome de la série « Sambre » avec Yslaire. Il renoue donc ici avec un genre qui lui aura apporté pas de frustrations, enfin assouvies, pour notre plus grand bonheur. Ce récit dense aux multiples rebondissements est admirablement mis en images par Joël Parnotte. Son trait est vraiment particulier, une sorte de réalisme expressif très maîtrisé, rehaussé par une mise en couleurs appuyée et originale, lumineuse et sombre à la fois. Une saga familiale, une malédiction filiale, des yeux qui en disent long, des trahisons, des passions, de l’amour et du sang, une histoire tragique : « Hermine », quatrième tome du « Sang des Porphyre », par Balac et Parnotte, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dargaud, balac, parnotte, hermine, le sang des porphyre |  Facebook |

28/04/2010

Hypathie / Sorcières, T.2 / Pécout, Greiner / Dupuis

hypathie
La collection « Sorcières » revisite de sombres pages de l’histoire qui ont vu des femmes subir l’injustice, se faisant qualifier de sorcières. Derrière ce mot agressif, satanique, se dissimule une peur tangible. Cette crainte extrême s’est la plupart du temps traduite par des mises à mort. Or les véritables raisons se situent davantage dans le chef des bourreaux que des victimes, et le bûcher exorcise bien plus les angoisses de ceux qui les allument que le mauvais œil supposé habiter les sacrifiées. L’évolution de l’humanité, et surtout des quelques derniers millénaires, s’est faite sous la domination masculine. La femme, bien que sacralisée comme symbole de vie, subit une discrimination persistante qui, à certaines époques, se traduisait par des actes barbares. Dans de nombreux pays africains, l’excision est toujours une pratique répandue. Dans un autre registre, en Belgique les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’il y a cinquante ans. Hypathie était une philosophe et mathématicienne antique vivant à Alexandrie. Elle s’y est forgée une solide respectabilité. Mais son ouverture d’esprit, son intelligence et sa faculté de rassembler les points de vue divergents mettaient en péril l’église chrétienne et sa volonté de monopole du sacré. Elle est morte de manière atroce. Le destin d’une femme engagée : « 
Hypathie », deuxième tome de « Sorcières » par Pécout et Greiner, aux éditions Dupuis.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, sorcieres, greiner, hypathie, pecout |  Facebook |

27/04/2010

L’œil des Celtes / Les Carnets de Darwin, T.1 / Ocana, Runberg / Le Lombard

carnetsdarwin1

Charles Darwin est un naturaliste britannique du dix-neuvième siècle. Ses théories sur l’origine des espèces et surtout ses brillantes démonstrations sur l’évolution, lui valent la reconnaissance unanime des scientifiques et les critiques les plus virulentes des milieux intégristes religieux. Encore aujourd’hui, il existe des abrutis qui conteste cette évidence et qui défende l’idée farfelue du créationnisme, nous condamnant à l’immobilisme avec la prétention de croire l’humain parfait tel qu’il existe. Lorsque Darwin publie son livre sur l’origine des espèces, il révolutionne la biologie. Il avance notamment des explications sur la diversité des espèces et sur la sélection naturelles. C’est à ce moment que commence le récit de la BD. Le Premier Ministre mandate Darwin pour élucider une étrange attaque d’ouvriers sur un chantier dans le comté de Yorkshire. Il est question d’un animal d’une espèce inconnue. Le savant y voit l’occasion d’étudier un cas pratique or du commun. Sur place, il est confronté à une force qui dépasse l’entendement. La rapidité et la puissance de la bête sont effrayantes. La liste des victimes s’allonge. Les corps sont lacérés mutilés, démembrés, déchiquetés. C’est un festival d’horreur. Une histoire aux atours fantastiques, saupoudrée d’arguments scientifiques. « L’œil des Celtes », premier tome des « Carnets de Darwin », par Ocana et Runberg, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : runberg, le lombard, ocana, l il des celtes, les carnets de darwin |  Facebook |

26/04/2010

Lydie / Zidrou, Lafebre / Dargaud

lydie

Au milieu du vingtième siècle, dans une impasse d’un village ou d’une petite ville, surnommée l’impasse du bébé à moustaches, une petite statue de Marie témoigne de la vie de Lydie, une petite fille pas comme les autres. Lydie est morte à sa naissance, de père inconnu. Camille, sa maman, est un peu simplette. Elle vit avec son père et est victime des quolibets et railleries des gamins du quartier. Ca ne va pas s’arranger quand Camille va surtir de son mutisme pour se réjouir du retour de sa fille. Elle la prend dans ses bras et s’en occupe affectueusement. Ce qu’elle ne sait pas, ou ne veut pas savoir, c’est qu’elle est la seule à voir Lydie. D’abord interloqués, les habitants de l’impasse du bébé à moustaches vont choisir de jouer le jeu, pour ne pas faire de peine à Camille. Peu à peu, alors que Lydie grandit, les voisins s’impliquent davantage et donnent véritablement corps à la petite fille invisible. L’extraordinaire survient lorsque tous les camarades de classe de Lydie la représentent à l’identique sur leurs dessins. Cette fable moderne fait, avec douceur, l’apologie de la gentillesse et de la solidarité, deux valeurs qui ont perdu corps, elles aussi, dans notre société égoïste où règne le chacun pour soi et le jugement d’autrui. Accepter les autres tels qu’ils sont et respecter leurs croyances, privilégier l’harmonie plutôt que la confrontation, ce tendre récit nous y invite. « Lydie », par Zidrou et Lafebre, chez Dargaud.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dargaud, zidrou, lydie, lafebre |  Facebook |

24/04/2010

Je vous salue Jennifer, T.2 / Abel, Goffaux / Quadrants

jennifer2
La loi dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse a été votée il y a vingt ans en Belgique. Aujourd’hui, pourtant des voix s’élèvent pour supprimer cette liberté et obliger les femmes à garder un enfant non désiré, quitte à l’abandonner à la naissance, et en dépit du drame social que cela représente. « Je vous salue Jennifer » est un thriller dans lequel une jeune fille tombe enceinte sans avoir eu de relations sexuelles, comme la mère de Jésus dans le mythe chrétien. Jennifer devient dès lors un enjeu pour les conservateurs les plus endurcis. La jeune fille et sa maman prennent la fuite pour trouver un environnement serein et prendre le temps de réfléchir. La décision d’avorter ne se prend pas à la légère. C’est un choix libre et consenti. Jennifer penche plutôt pour cette option mais une incertitude sourde l’habite encore. Les deux fugitives trouvent refuge chez les grands-parents mais elles sont froidement accueillies dans ce foyer ultra-conservateur, d’autant plus qu’un lourd secret de famille semble hanter les lieux. Cet album soulève d’importantes réflexions sur la maternité tout en nous offrant une intrigue dense et bien menée. D’un fait qui s’est peut-être déjà produit dans l’histoire de l’humanité, à savoir l’immaculée conception, les auteurs imaginent l’impact dans notre société contemporaine, rationnelle. Deuxième tome de « 
Je vous salue Jennifer », par Abel et Goffaux, aux éditions Quadrants.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : abel, goffaux, quadrants, je vous salue jennifer |  Facebook |

23/04/2010

Baptême du feu / Alpha. Premières armes, T.1 / Herzet, Loutte / Le Lombard / coll.Troisième vague

alpha1eresarmes1

Le succès de la série « Alpha » est notamment du à la qualité de son scénario, très fouillé et cohérent, et à un dessin réaliste charmeur. Youri Jigounov a récemment relancé sa série en auteur complet. Parallèlement, voici que l’éditeur nous propose de découvrir les débuts du héros en tant que jeune sergent, membre d’un commando d’élite. Dwight Delano Tyler n’est pas encore l’agent Alpha lorsqu’il prend part à la libération d’otages, une affaire liée à de l’espionnage industriel. En effet, derrière les pirates de l’air se cachent des commanditaires influents. La société Thirdnail Incorporated a passé un accord secret avec les firmes informatiques les plus importantes pour équiper tous les ordinateurs d’un composant espion. L’opération est une réussite. Elle permet de collecter et de vendre des informations de toutes natures au plus offrant, un marché juteux. Mais un grain de sable va se glisser dans cette belle mécanique. Le soldat Tyler ne sait pas dans quelle partie d’échec il joue, ni l’enjeu dont il retourne. Mais sa forte personnalité, son sens aigu de la déduction et ses aptitudes au combat vont émerger et le mener au fin mot de l’histoire. « Baptême du feu », premier tome très convaincant de « Alpha. Premières armes », par Herzet et Loutte, aux éditions Le Lombard, collection Troisième vague.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alpha, herzet, le lombard, troisieme vague, premieres armes, loutte, bapteme du feu |  Facebook |