07/04/2010

Novgora / Ils étaient dix, T.2 / Stalner / 12bis

ilsetaientdix2
Au terme de la campagne de Russie, les armées Napoléoniennes sont contraintes de retourner sur leurs pas. C’est la débâcle. Les soldats n’étaient pas préparés à la rudesse de cet hiver-la. Parmi les retardataires, un petit groupe hétéroclite tente vaille que vaille de rejoindre le gros de la troupe. Mais les embûches sont nombreuses et mortelles. Au départ, ils étaient dix, ils ne sont déjà plus que six. Et ce deuxième opus commence par un suicide. Les cosaques leur tendent un guet-apens. Parmi les rescapés, une jeune comtesse russe est libérée. Mais ses compagnons français sont faits prisonniers et emmenés. Malgré la promesse faite à la comtesse de bien les traiter, les cosaques les réduisent en esclavage. Ils ne sont plus que trois, dont un sérieusement affaibli et qui donne des signes d’une mort prochaine. Nous assistons alors à une belle démonstration du processus d’asservissement humain. Une pratique qui se répète à travers les âges et les civilisations. Le récit avance à un rythme soutenu jusqu’à accuser un relâchement net. Vers la fin, l’auteur raccourcit quelques années de souffrance en deux pages. Le lecteur ne s’en plaindra pas, car le troisième tome devrait conclure la série. Nul doute que nous aurons droit à un bel épilogue cohérent, porteur de sens, comme semble nous le promettre la scène finale de « Novgora », deuxième tome de « Ils étaient dix », par Eric Stalner, aux éditions 12bis.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stalner, 12bis, ils etaient dix, novgora |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.