06/04/2010

La Main du singe, T.2 / Laumaillé / Bamboo / coll.Grand Angle

mainsinge2

A la suite d’un grave accident de voiture, Abel Appleton a subi une greffe du bras ainsi que de la mâchoire inférieure. Le donneur était un adepte du tatouage car les greffons en sont recouverts. D’étranges dessins semblent représenter des animaux dans un style indien. L’infirmière qui a accompagné Abel à sa sortie d’hôpital n’était pas là par hasard. Elle s’intéresse de très près aux tatouages. Elle n’est pas la seule à s’y intéresser. Les services secrets américains sont à leur poursuite, coûte que coûte. Abel doit fuir, alors qu’il ne comprend rien à la signification de tout cela. Son désarroi est à l’image de la construction du récit. L’auteur use et abuse de flashbacks à répétition. Il a déterminé un moment « zéro » et nous propose des fragments de ce qui s’est passé avant et après, ceci dans un ordre troublant. Nous remontons de plus en plus loin dans le temps au fil de notre lecture. C’est très déroutant et une relecture de l’album s’avère nécessaire pour bien comprendre. Cet effet voulu nous force à nous concentrer sur la teneur de l’histoire. Il y est question d’une terrible découverte faite par des soldats indiens de l’armée américaine pendant la seconde guerre mondiale. Il y est aussi question des implications dans la vie d’un homme d’un enjeu qui le dépasse. « La Main du singe », par Laumaillé, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, grand angle, la main du singe, laumaille |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.