05/04/2010

Le Diable amoureux et autres films jamais tournés par Méliès / Vehlmann, Duchazeau / Dargaud

« Le Diable amoureux » est le titre d’un conte fantastique de la fin du dix-huitième siècle. Mais dans cette BD, derrière ce titre identique se cache une toute autre histoire. Cet album est un recueil de saynètes fantastico-sociétales, prenant place dans le Paris du début du vingtième siècle. A cette époque, Georges Méliès s’était emparé des découvertes des frères Lumière et s’était lancé dans la cinématographie. Les frères Lumière se contentaient de filmer le quotidien dans toute sa banalité, subjuguant le public par la simple fait de la restitution sur écran. Méliès a voulu aller plus loin. Il souhaitait enchanter son auditoire en lui faisant voir l’extraordinaire. Déployant des trésors d’imagination, il met en scène l’étoile polaire, le fantôme de la lune et autres fantasmagories. Dans sa chasse au merveilleux, Méliès prendra conscience qu’il tue l’objet même de sa quête. Il arrêtera dès lors le de tourner et brûlera toutes ses bobines. Mais le mal était fait. Le cinéma a pris son envolée, inexorablement. Fabien Vehlmann confirme sa faculté d’adaptation à des univers variés et à des publics de tous horizons. La graphisme de  Frantz Duchazeau rappelle l’âge d’or des dessinateurs, caricaturistes de presse du début du siècle dernier, des noir et blanc très maîtrisés et expressifs. Un bijou : « Le Diable amoureux et autres films jamais tournés par Méliès », par Vehlmann et Duchazeau, chez Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

Les commentaires sont fermés.