19/03/2010

Les Naufragés du temps, T.9 & T.10 / Gillon / Glénat / coll.Grafica

La planète Terre est en danger. Depuis mille ans, un organisme a colonisé la totalité de sa surface et provoqué d’horribles mutations à l’espèce humaine. En prévision de ce terrible fléau, les hommes du vingtième siècle avaient envoyé dans l’espace un homme et une femme, Christopher et Valérie, afin qu’ils perpétuent l’espèce. Mais en mille ans, la donne a changé. L’humanité n’a pas été exterminée. Nombre de survivants ont assuré un peuplement suffisant, sur d’autres planètes. Seuls les malheureux resté à la surface de la Terre ont subi les dommages irréversibles. A présent, il est question de détruite le globe infecté, à défaut d’avoir pu éradiquer l’immonde créature qui l’a envahie. Il reste pourtant un espoir ténu. Ce sont Christopher et Valérie qui en détiennent la clé. Ce récit en deux tomes clôt la série. Les huit épisodes précédents nous balançaient d’un coin à l’autre de l’univers sans véritable but, au gré de l’humeur de Christopher et surtout de sa soif inconditionnelle de liberté. Mais pour cet épilogue, il semble que les événements se précipitent, que l’éternel cheminement auquel nous nous étions habitué se voie soudainement doté d’un but ultime. Ce revirement laisse le lecteur dubitatif. Reste le travail graphique remarquable de Paul Gillon. Ainsi s’achève une saga unique : « Les Naufragés du temps », aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, grafica, terra, les naufrages du temps, gillon, le cryptomere |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.