30/01/2010

Déluge / Clockwerx, T.2 / Hostache, Henderson, Salvaggio, Izu / Les Humanoïdes associés

Le steampunk est un genre qui se développe bien et se taille une bonne part du marché de la BD. Le steampunk est apparenté à de la science-fiction qui joue sur le décalage temporel. Ce genre s’inscrit tout particulièrement dans le contexte de la révolution industrielle, puis de l’époque victorienne, au dix-neuvième siècle en Angleterre. Cette période et l’ambiance particulière des quartiers mal famés de Londres ont d’ailleurs inspiré de nombreux auteurs, dont Jules Vernes est probablement l’un des plus illustres. L’essor des machines à vapeur, qui se dit « steam » en anglais, a marqué les esprits. Dans « Clockwerx », les auteurs imaginent des clocks, de gigantesques robots qui démultiplient la force des hommes qui les commandent. L’énergie qui permet cela s’appelle le luciferium. Ce minerai est présent en quantité dans le sous-sol de Londres. A la tête de la compagnie qui l’exploite se trouve Lord Oak, un sombre individu qui nourrit de noirs desseins. Un groupe de résistant s’est constitué pour contrer ses plans maléfiques. Ce qui dénote dans ce récit que l’on classe un peu trop vite dans un genre, c’est que, contrairement à la plupart des BD steampunk, nous évitons la débauche habituelle de combats titanesques. Même si les amateurs ne sont pas en reste, l’histoire n’est pas dénuée de sens. « Déluge », deuxième tome de « Clockwerx » par Hostache, Henderson, Salvaggio et Izu, aux Humanoïdes associés.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clockwerx, hostache, salvaggio, henderson, les humanoides associes, izu, deluge |  Facebook |

29/01/2010

Vassya / Bois-Maury, T.14 / Hermann / Glénat / coll.Vécu

C’est toujours un ravissement intense de lire une BD signée Hermann. Son travail en couleurs directes surpasse le commun des dessinateurs qui s’y sont essayés. La construction impeccable de ses albums force le respect. Et la profondeur thématique de ses récits nous épate à chaque fois. Cependant, dans ce nouvel album esthétiquement et narrativement remarquable, nous sommes un peu déconcertés par la légèreté du propos. Nous retrouvons le sire Aymar de Bois-Maury en Pologne, après qu’il ait été dépossédé de ses terres. Il y participe à une campagne militaire aux côtés de son oncle maternel, Waldemar Lewandoski, dans le but de renverser le Tsar de Russie, Boris Godounov, pour placer sur le trône le Tsarévitch Dimitri. C’est un peu une bataille perdue car l’Histoire montrera que Dimitri était un imposteur. Cette troupe s’est adjointe le soutien des Cosaques, de rudes guerriers aux mœurs brutales. Chemin faisant, un vieux ronchon et sa fille Vassya, très aguichante, se joignent à eux. Aymar s’éprend de Vassya. Le récit s’articule autour de cette relation qui va prendre des allures de Vaudeville. Cet album fait figure de moment de respiration dans la saga « Bois-Maury », malgré une nouvelle démonstration de la cruauté des hommes. « Vassya », quatorzième tome de « Bois-Maury », par Hermann, aux éditions Glénat, collection Vécu.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, hermann, vecu, vassya, bois-maury |  Facebook |

28/01/2010

L’alternative / T.1 et T.2 / Chevais-Deighton, Agosto, Philhoo / Glénat / coll.Grafica

A la veille de la seconde guerre mondiale, dans un petit village français, Pierre Hemmer, un enfant de mère française et de père allemand, est confronté à l’agressivité des autres. On l’appelle péjorativement « le fils de boche ». Lui et son père sont victime de harcèlement et même d’actes de violence. Un jour, le père n’en peut plus et décide de regagner l’Allemagne. C’est là que l’alternative intervient. Dans un premier tome de cette histoire, il laisse son fils en France, dans le second tome, il l’emmène avec lui. Ce choix va avoir des conséquences pour Pierre. Dans la première alternative, il rejoint un réseau de résistants, dans la seconde, il est enrôlé dans les jeunesses hitlériennes et devient un des pires officiers nazis. Si l’idée de départ peut paraître intéressante, sa réalisation peut s’avérer périlleuse. Les redondances, même si elles sont visiblement voulues, entre les deux alternatives, nuisent au plaisir de lecture, édulcorant l’histoire. Au lieu d’un exercice de style réussit, cette tentative éditoriale donne l’impression que le scénariste n’a pas pu trancher entre deux synopsis et que l’idée salvatrice lui est soudain venue de réaliser un doublé. Au final, c’est un récit maladroit, au dessin rigide et à la mise en page malheureuse. « L’alternative » deux tomes signés Chevais-Deighton, Agosto et Philhoo, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

10:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, grafica, l alternative, chevais-deighton, agosto, philhoo |  Facebook |

Le Sortilège du Pontife / Les Forêts d’Opale, T.6 / Arleston, Pellet / Soleil / coll.Heroïc

On ne présente plus Arleston, le scénariste de « Lanfeust de Troy », la série d’héroïc fantasy par excellence. Dans les Forêts d’Opale, il s’en donne à cœur joie pour créer un monde peuplé de créatures en tous genres, un foisonnement qui se décline aussi dans les végétaux. L’histoire en deux mots tient en ceci : le pontife Xarchias est un homme assoiffé de pouvoir. Il veut dominer les cinq royaumes qui composent la forêt. Pour l’aider dans cette tâche, il dispose des maléfices du sorcier Kamphre d’Yrkhone. De leur côté, Darko, Sleilo, Tara et Urfold poursuivent une quête qui s’inscrit bien dans la rhétorique héroïc fantasy puisqu’ils cherchent des titans. Les ingrédients sont soigneusement agencés, une faune et une flore déconcertantes, une ou deux bonne quête bien difficile à atteindre, de l’aventure qui rebondit et qui pétarade, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour. Et le tour est joué. Et ça marche. On en redemande. Mais on reste un peu sur sa faim. Car, en près de dix ans, six albums seulement sont parus. Cette série a conquis un public pourtant inondé par une déferlante du genre. Il y a un cachet indéfinissable, au-delà de l’héroïc fantasy pur et dur, qui confère à cette BD un attrait plus large, très plaisant. « Le Sortilège du Pontife », sixième tome des « Forêts d’Opale », par Arleston et Pellet, aux éditions Soleil, collection Heroïc.

 

BD commentée par Marc Descornet

10:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, arleston, pellet, heroic, le sortilege du pontife, les forets d opale |  Facebook |

26/01/2010

Printemps / Mon année, T.1 / Morvan, Taniguchi / Dargaud

C’est une belle surprise de voir Taniguchi associé à un scénariste européen et réaliser une BD en couleurs au format franco-belge. Le thème développé rejoint le degré d’ambition du projet de collaboration transculturelle. Morvan a écrit une histoire touchante d’une enfant atteinte d’un handicap mental. Ses parents font tout leur possible pour assurer l’avenir de Capucine. Ils ont fait le choix de lui faire suivre l’enseignement traditionnel. Mais arrive un moment où Capucine ne peut plus suivre le programme. C’est l’heure de rejoindre les bancs de l’enseignement spécialisé. Cette transition provoque un choc au sein du couple. Il se pourrait même que ce soit plutôt un séisme dont l’amplitude ne nous apparaît pas encore pleinement. L’épicentre se situe en profondeur. Mais dans ce premier tome, les événements futurs sont à peine esquissés. Nous ressentons cependant qu’un drame familial se prépare. L’arrivée d’un enfant pas comme les autres bouleverse les familles. La pression est énorme et de nombreux couples n’y résistent pas. L’attention soutenue qu’exige un enfant handicapé nécessite un dépassement de soi, une abnégation augmentée d’une volonté de se battre. Cette superbe BD, inspirée, sensible, d’une justesse qui force l’admiration, n’a pas fini de nous faire vibrer. C’est sans nul doute un maître achat. « Printemps », premier tome de « Mon année », par Morvan et Taniguchi, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dargaud, printemps, taniguchi, morvan, mon annee |  Facebook |

25/01/2010

La Machine / L’Ultime chimère, T.4 / Bollée, Meddour, Griffo / Glénat / coll.Grafica

Au début du vingt-deuxième siècle, un homme interné pour meurtre sort d’une longue période de mutisme. Ce qu’il révèle alors ouvre de nombreux champs du possible. Mais il est difficile pour son auditoire restreint d’y porter foi. Il aurait en effet vécu pendant près de vingt-cinq siècles. Alors qu’il était un vieillard au bord du trépas, un objet est tombé du ciel. Il s’agirait de la lance avec laquelle Nemrod a blessé dieu en personne. Cette relique inestimable, maculée de sang divin, aurait fait rajeunir l’homme d’une année par siècle. Passée ensuite entre les mains de quelques illustres personnages, elle leur aurait permis de réaliser de grandes choses. Léonard de Vinci lui-même aurait été en sa possession à la fin de sa vie, et elle lui aurait inspiré les plans d’une machine dont personne ne comprend la finalité. Cet épisode apporte son lot de révélations, mais aussi de nouvelles questions. L’intrigue, illustrée avec talent, prend un tour convaincant et attise la curiosité du lecteur. Cette série de bon niveau global alterne les dessinateurs sur des retours dans le passé en gardant Griffo sur le récit conducteur. Le rythme de parution devrait permettre de connaître le dénouement dans un délai raisonnable. « La Machine » quatrième tome prometteur de « L’Ultime chimère », par Bollée, Meddour et Griffo, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, griffo, grafica, bollee, l ultime chimere, meddour, la machine |  Facebook |

23/01/2010

Le Fruit du mensonge / Shahidas, T.1 / Galandon, Volante / Bamboo / coll.Grand Angle

Les Shahidas sont des femmes martyres qui décident de commettre un attentat suicide. Ce thème hautement délicat s’inscrit parfaitement dans les préoccupations actuelles. La montée du terrorisme islamique représente un problème crucial. Les femmes terroristes choquent davantage car, dans l’imaginaire collectif, les femmes donnent la vie. Pourtant leurs motivations combattantes sont a priori les mêmes que pour les hommes. Pour la psychiatre Wafa Sultan, « l’islam n’est pas seulement une religion, l’islam est aussi une idéologie politique, qui prêche la violence et applique son programme par la force. Le choc dont nous sommes témoins dans le monde n’est pas un choc des religions ou un choc des civilisations, c’est un choc entre deux opposés, entre deux ères. C’est un choc entre la civilisation et l’arriération, entre barbarie et rationalité. C’est un choc entre liberté et oppression, entre démocratie et dictature. C’est un choc entre les droits de l’homme d’un côté, et leur violation d’un autre côté. C’est un choc entre ceux qui traitent les femmes comme des bêtes et ceux qui les traitent en êtres humains ». La BD « Shahidas » met le doigt sur cet antagonisme, de manière modérée certes, mais utile et efficace. « Le Fruit du mensonge », premier tome de « Shahidas », par Galandon et Volante, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, galandon, grand angle, le fruit du mensonge, shahidas, volante |  Facebook |