15/01/2010

Le Roi Banal / Ozanam, Park / Casterman / coll.KSTR

Ce récit commence comme une chronique sociale un peu décalée. C’est l’histoire de Louis, un vieux monsieur qui vit avec son chien dans son petit pavillon de banlieue. Pour combler sa solitude, il se réfugie dans ses souvenirs et plus particulièrement celui de sa défunte épouse Georgette. Un beau jour, Louis décide de fonder le Royaume de Georgetta dont il est le souverain et son chien le seul sujet. Il rédige une lettre à l’ONU pour demander la reconnaissance de ce nouvel état. Louis a remarqué une dame qui arrose plus que de raison les plantes de son balcon. Il l’a surnomme la comtesse rouge. Gilles, le gendre de Louis, est postier. Il rêve d’être un homme de lettres, mais à un autre niveau, plus substantiel. Mais son épouse Florence ne voit pas d’un bon œil ses velléités d’écrivain. Elle a un caractère plutôt rigide. Leurs enfants sont, quant à eux, sur la planète football. Florence ne voit son papa Louis que rarement, et ça ne se passe jamais bien. Il y a un vrai blocage relationnel entre les générations. Il y a aussi une incompréhension entre les uns et les autres, des aspirations non-assouvies, des non-dits, de l’intolérance. Une heureuse coïncidence va créer une réaction en chaîne et des tensions salutaires. Cette BD aborde des thèmes complexes avec une fluidité remarquable. Elle prône l’écoute de l’autre, la confiance, l’empathie. « Le Roi Banal », par Ozanam et Park, aux éditions Casterman, collection KSTR.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, kstr, ozanam, park, le roi banal |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.