13/01/2010

L’irrésistible besoin d’exister / Les Aventures de la Mort et de Lao Tseu, T.4 / Boucq / Casterman

La mort est un des sujets les plus difficiles à appréhender dans nos sociétés. Malgré qu’elle fasse partie du déroulement de la vie et qu’elle en soit le dénouement inéluctable, elle continue à générer en nous les pires angoisses. Pour exorciser ces peurs viscérales, l’humour peut se révéler un bon remède. Mais le praticien doit savoir doser la médication. François Boucq s’essaye depuis plusieurs albums au périlleux exercice de la thérapie morbide. Il met en scène la Mort, flanquée de sa grande faux qui fait froid dans le dos et aussi d’un cochon bien dodu nommé Lao Tseu, muet mais orné d’un splendide symbole de l’harmonie entre le yin et le yang. Pour les ignares, Lao Tseu est un philosophe chinois du sixième siècle avant notre ère, fondateur du taoïsme, doctrine qui prône l’inaction qui doit inciter l'humain à ne pas dépenser d'énergie inutilement, et à se détacher des désirs encombrants. Les situations sont cocasses et atteignent globalement l’équilibre entre dérision et profondeur. Mais l’auteur évite les sujets vraiment sensibles tels que la mort d’un enfant, l’euthanasie, le mal de vivre. Il se focalise sur la louable fonction de la mort de faire de la place pour les jeunes en incitant les personnes âgées à accepter leur destin. « L’irrésistible besoin d’exister », quatrième tome des « Aventures de la Mort et de Lao Tseu », par Boucq, aux éditions Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

Les commentaires sont fermés.