31/12/2009

A l’ombre du monde / Marc Vlieger / Delcourt / coll.Mirages

Les signes que notre mode de vie ne peut pas durer éternellement ne manquent pas. Nous consommons trop et trop vite. L’alarme est donnée. Les défis environnementaux se font ressentir avec plus d’acuité chaque année. L’échec du sommet de Copenhague est révélateur. Nos dirigeants n’ont pas encore réellement pris conscience de l’importance d’une vision à long terme . C’est un peu comme si nous nous trouvions dans un bus qui fonce à tout allure vers un mur et que les passagers crient au chauffeur de s’arrêter mais que celui-ci décide de simplement ralentir un peu. Et nous foncons toujours droit dans le mur. Le rythme de la vie s’est fort accéléré ces dernières décénies, nous ne prenons plus le temps de réfléchir. Certains d’entre nous se sentent extrêmement inconfortables et aspirent à réduire l’allure. C’est le cas de Joseph. Joseph a senti, il y a une vingtaine d’années, que la machine s’emballait. Une alarme a résonné dans sa tête. Il a alors fuit, jusqu’à trouver son coin de paradis dans un bois au-dessus d’une bourgade française, un endroit tranquille, paisible. Et la vie s’écoule sans  heurts. Un jour, la machine humaine a rattrapé Joseph. Les édiles de la région comptent bien rentabiliser ce petit bout de forêt, jusque là préservé. Rien ne sert de fuir, le monde nous appartient. Et il nous appartient de le changer. « A l’ombre du monde », par Marc Vlieger, aux éditions Delcourt, collection Mirages.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, mirages, a l ombre du monde, vlieger |  Facebook |

30/12/2009

Noël noir / Lefranc, T.20 / Martin, Régric, Jacquemart / Casterman

L’exploitation des sources d’énergie s’est intensifiée avec l’industrialisation des pays le plus riches. L’époque des charbonnage est révolue. Le monde tourne grâce au pétrole, ou au nucléaire, pour quelques années encore. D’autres sources d’énergie émergent, solaire et  éolienne par exemple. Mais aucun n’aura eu un impact humain aussi lourd que celui du charbon. Les mines ont fait de nombreuses victimes. Les accidents étaient souvent mortels, les conséquences sur la santé se sont fait sentir pendant de nombreuses années. Les conditions de vie étaient rudes. Cet album de Lefranc se veut un témoignage poignant et éducatif de cette période. Nous suivons une famille typique d’imigrant italiens, déjà éprouvée par une tragédie, la mort d’un enfant. Un terrible accident survient au fond d’un puits de mine, causant un incendie et l’éboulement de galeries. Les fumées mortelles terrassent rapidement de nombreux mineurs. Les survivants sont emmurés. L’accès à l’air libre est bloqué, de plus le feu n’est pas maîtrisé. Les secours font leur maximum. Ce récit étonnant et dense met en évidence de graves manquements, à commencer par le « tout au profit » au détriment de la sécurité. Ce vingtième tome de « Lefranc » est probablement le plus sombre de la série. Un album profond, sans mauvais jeu de mot. Un témoignage accablant. « Noël noir », par Martin, Régric et Jacquemart.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin, casterman, lefranc, noel noir, jacquemart, regric |  Facebook |

29/12/2009

Terres d’origine / Ethan Ringler Agent Fédéral, T.5 / Mezzomo, Filippi / Dupuis / coll.Repérages

Ethan Ringler, jeune homme au sang mi-indien mi-anglais, exerce le dangereux métier d’agent fédéral. Apprenant que Caitlin, la jeune femme dont il est tombé amoureux est en réalité sa sœur, Anaïs, Ethan est sidéré. Face à cette révélation, il décide pourtant de ne pas la suivre et de poursuivre une nouvelle mission. Neelsen, son nouveau boss aux méthodes douteuses, le charge de ramener Pas-de-Plume, son frère de sang. Incapable de le dénoncer, Ethan contemple avec consternation la destruction du quartier indien, orchestré par Neelsen. Pas-de-Plume est capturé et torturé par les hommes de Neelsen, ce qui pousse Ethan à lui venir en aide. Leur fuite éperdue les mène pourtant en plein règlement de compte entre fédéraux. Ôtant de nombreuses vies, cette fusillade pousse Ethan à se décider quant à son avenir. Ce western dense et mature se conclue ici en un final plutôt dur pour son personnage principal. Un récit bien ficelé, un héros sympathique et un graphisme souple et réaliste figurent parmi les éléments qui ont valu à cette série un grand succès. Basée sur un grand travail de documentation historique, cette épopée sauvage sera publiée sous forme d’intégrale d’ici le mois de février. « Terres d’origine », cinquième tome de la série « Ethan Ringler Agent Fédéral », par Mezzomo et Filippi, est publié dans la collection Repérages des éditions Dupuis.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : filippi, dupuis, reperages, terres d origine, ethan ringler, agent federal, mezzomo |  Facebook |

28/12/2009

Le Commun des mortels / Le Tueur, T.7 / Jacamon, Matz / Casterman / coll.Ligne Rouge

Le Tueur est dans de sales draps. Sa vie est en danger. Il a traité avec des clients qui ne jouent pas franc jeu et ont décidé de sé débarasser de lui. Le pire c’est que deux camps veulent sa peau. Il n’en mène pas large. La fuite n’est pas une solution. Tôt ou tard, il se fera buter. Il connaît le métier. Il sait que si un contrat est conclu sur sa tête, il sera honoré. Sa seule chance de s’en sortir, c’est que les commenditaires renoncent ou soient éliminés. Il décide alors de tirer avantage de ce qui semble a priori un sérieux problème, à savoir le fait que la menace vienne de deux côtés. Il va dresser ses adversaires l’un contre l’autre. La partie n’est pas gagnée et risque bien de se solder par un meurtrier fiasco. Mais il n’a pas d’autre alternative. Il fait appel à des ressources telles que des contacts fiables et des amis sincères, au risque de les mettre en danger. Plus introspectif que les autres albums de la série, ce septième tome confirme l’excellent niveau de ce polar noir. Il démontre la capacité des auteurs de se renouveller en restant fidèle à leur univers et au héros. Le gain en consistance est appréciable. Le tueur devient plus humain à nos yeux, même si il n’en reste pas moins un froid calculateur, un assassin professionnel. « Le Commun des mortels », septième tome de « Le Tueur », par Jacamon et Matz, aux éditions Casterman, collection Ligne Rouge.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, matz, ligne rouge, le commun des mortels, le tueur, jacamon |  Facebook |

25/12/2009

Le Fantôme / 7 balles pour Oxford, T.6 / Quintanilha, Zentner, Montecarlo / Le Lombard / coll.Polyptyque

Oxford est un vieux détective hanté par ses souvenirs, ses dettes morales, ses échecs, le devenir décevant de son fils devenu flic, et le cri du grillon, oppressant. Oxford a dépassé la septantaine. Il n’est plus physiquement aussi vaillant mais son esprit n’a rine perdu de sa lucidité, même si le cri du grillon se fait parfois entendre, comme un signe de sénilité. Et puis il y a aussi ces quelques pertes de mémoire qui le troublent un peu. Mais pas assez pour le faire renoncer à aller au bout de cette dernière enquête qu’il s’est promis de résoudre. Il est sur la piste du fils de son vieil ami le grillon, un mafieux disparu dans des circonstances aussi tragiques que mystérieuses. Dans cet album, bien des révélations nous attendent. Le scénario ciselé avec précision nous étonne par les rebondissements inattendus et brillamment amenés. Tout s’emboîte parfaitement. Les zones d’ombre s’éclairent. L’extrême justesse des dialogues visiblement très travaillés rend ce récit des plus attachants. Les relations humaines et leur complexité sont rendues avec soin. Il n’y a rien à redire sur cette BD dont la conclusion nous sera livrée dans le prochain tome. Une série à découvrir de toute urgence, si ce n’est déjà fait . « Le Fantôme »,  sixième tome de « 7 balles pour Oxford », par Quintanilha, Zentner et Montecarlo, aux éditions Le Lombard, collection Polyptyque.

 

BD commentée par Marc Descornet

00:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polyptyque, le lombard, zentner, le fantome, 7 balles pour oxford, quintanilha, montecarlo |  Facebook |

24/12/2009

Urielle / Clarke, Lapière / Quadrants

Clarke démontre à nouveau toute l’étendue de son talent. Il adopte ici un style plutôt réaliste d’une belle maîtrise. Et le sujet abordé est, lui aussi, inhabituel. Les béguines sont connues en Belgique, où de nombreuses grandes villes flamandes abritent des béguinages en parfait état de conservation, des lieux à l’ambiance particulière, un peu fermée mais d’un charme indéniable. On sait finalement peu de choses de ces femmes qui ont choisi de vivre en communauté. Les béguines font figure de précurseurs dans la longue lutte pour l’émancipation de la femme. Eh oui ! La religion peut aussi se révéler un moteur pour la libération de la femme. Si la foi et la religion sont effectivement l’engagement de ces béguines, l’Eglise en tant qu’institution en représente un puissant frein. Et en ce début du treizième siècle en Rhénanie, l’inquisition ne voit pas d’un bon œil ces communautés de femmes dissidentes. L’Eglise les tolère mais ne leur pardonne pas le moindre faux pas. C’est une demeure modeste qui abrite quelques femmes recluses sous la houlette de leur mère supérieure. Elles passent leur temps à traduire les évangiles et à dessiner des enluminures de toute beauté. La prudence est de mise, une traduction trop osée ou une couleur mal ajustée peut causer leur perte. Un événement d’une grande intensité mystique va bouleverser leur quotidien. « Urielle », par Clarke et Lapière, aux éditions Quadrants.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, quadrants, urielle, lapiere |  Facebook |

23/12/2009

La princesse du sang, T.1 / Cabanes, Manchette / Dupuis / coll.Aire Libre

Inspiré du roman éponyme, ce récit relate les aventures d’Ivory Pearl. Journaliste de son métier, la jeune femme est envoyée sans le savoir sur une affaire à Cuba. Sous le coup du chantage, son ami et mentor, le lieutenant Robert Messenger l’a en effet aiguillé non loin d’un campement de fugitifs. Après plusieurs semaines passées seule dans la jungle, Ivory rencontre Victor et Negra. Le premier se présente comme le tuteur de la fillette et lui explique que tous deux n’aiment pas vivre en ville. Une relation d’amitié s’établit entre Ivy et la jeune Negra, en quête d’un modèle féminin. Ivory découvre que Negra n’est autre qu’Alba Black, la victime d’une terrible attaque s’étant déroulée quelques années plus tôt sur un autre continent. L’arrivée d’un hélicoptère chargé d’hommes armés la pousse à prendre la fuite en compagnie de Negra… Grand récit d’aventure et d’espionnage, le scénario bien ficelé de ce polar nous entraîne sur les traces d’une fillette qui échappe de peu à une vendetta sanglante. Prévue en diptyque, l’histoire fait également le portrait d’une héroïne séduisante dotée d’une grande assurance. Que dire de plus si ce n’est que le graphisme est également splendide : le trait élégant de l’auteur donne un aspect terriblement réaliste aux personnages clés de ce scénario complexe. À suivre de près, la première partie de « La princesse du sang », par Cabanes et Manchette, est publiée aux éditions Dupuis, collection Aire Libre.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, cabanes, aire libre, manchette, la princesse du sang |  Facebook |