24/12/2009

Urielle / Clarke, Lapière / Quadrants

Clarke démontre à nouveau toute l’étendue de son talent. Il adopte ici un style plutôt réaliste d’une belle maîtrise. Et le sujet abordé est, lui aussi, inhabituel. Les béguines sont connues en Belgique, où de nombreuses grandes villes flamandes abritent des béguinages en parfait état de conservation, des lieux à l’ambiance particulière, un peu fermée mais d’un charme indéniable. On sait finalement peu de choses de ces femmes qui ont choisi de vivre en communauté. Les béguines font figure de précurseurs dans la longue lutte pour l’émancipation de la femme. Eh oui ! La religion peut aussi se révéler un moteur pour la libération de la femme. Si la foi et la religion sont effectivement l’engagement de ces béguines, l’Eglise en tant qu’institution en représente un puissant frein. Et en ce début du treizième siècle en Rhénanie, l’inquisition ne voit pas d’un bon œil ces communautés de femmes dissidentes. L’Eglise les tolère mais ne leur pardonne pas le moindre faux pas. C’est une demeure modeste qui abrite quelques femmes recluses sous la houlette de leur mère supérieure. Elles passent leur temps à traduire les évangiles et à dessiner des enluminures de toute beauté. La prudence est de mise, une traduction trop osée ou une couleur mal ajustée peut causer leur perte. Un événement d’une grande intensité mystique va bouleverser leur quotidien. « Urielle », par Clarke et Lapière, aux éditions Quadrants.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, quadrants, urielle, lapiere |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.