31/10/2009

Buzz-moi / Aurita / Les Impressions Nouvelles

Avec son ouvrage « Fraise et chocolat », l’auteure Aurélia Aurita connaît un succès aussi incroyable qu’inattendu. Original et hautement érotique, le sujet de ce véritable buzz provoque un raz de marée médiatique. La jeune femme se voit rapidement invitée aussi bien aux émissions de radio que sur les plateaux télé. Objet de toutes les attentions, Aurélia Aurita devient également la cible de nombreuses critiques. Pas vraiment intéressée par les journalistes, l’auteure passe alors son temps à penser à ses lecteurs. Les séances de dédicaces sont d’ailleurs pour elle l’occasion d’échanges personnels parfois inoubliables ! Plutôt tranquille, Aurélia s’est installée avec son homme dans un petit village loin de tout ce remue-ménage et semble en profiter pour vivre d’amour et d’eau fraîche. Retraçant le vécu de l’auteure face à la frénésie médiatique depuis la sortie de « Fraise et chocolat », l’ouvrage rappelle un peu le journal intime. Sur un ton très franc, l’auteure confie avec sincérité ses états d’âme à propos de tous les événements qui ont suivi son succès. Véritable témoignage, cette autobiographie permet au lecteur d’enfin découvrir l’envers du décor. Très reconnaissable, son trait léger et arrondi apporte une fois de plus une touche de charme et de fraîcheur. « Buzz-moi », par Aurélia Aurita, est publié aux éditions Les Impressions Nouvelles.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : buzz-moi, aurita, les impressions nouvelles |  Facebook |

30/10/2009

Les cent dix pilules / Magnus / Delcourt / coll.Erotix

Plus de vingt ans après une première édition, ce classique chinois de la littérature érotique nous revient dans une toute nouvelle collection. Un beau jour, le riche Hsi-Men reçoit d’un moine cent dix pilules qui décuplent sa virilité. Bien entendu, ce présent est offert avec un précieux conseil, celui de n’en utiliser qu’une toute les lunes. Face à ses six femmes, le libertin se laisse happer par le tourbillon des désirs et consomme sans modération toutes les pilules. Ce ne sont bien évidemment pas ses femmes et les filles de joie des environs qui s’en plaindront ! De jour comme de nuit, toutes sont sollicitées à tour de rôle pour partager ce cadeau du ciel. Après tant de plaisirs, Hsi-Men se verra cependant confronté à un effet secondaire qu’il n’avait pas imaginé en abusant de ces précieuses pilules… Adapté d’un roman chinois du seizième siècle, cet épisode sulfureux présente un récit classique avec des personnages bien campés. Exotique et audacieux, la facture du récit est réellement bien mise en valeur par le graphisme de l’auteur. Le dessin de Magnus est d’une très grande finesse et se présente en noir et blanc. L’ensemble des scènes et des décors est soigné et très détaillé. Offrant au lecteur un peu de chaleur au cœur de l’automne, cet ouvrage n’est évidemment pas destiné à un jeune public ! « Les cent dix pilules », par Magnus, est paru aux éditions Delcourt, collection Erotix.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, magnus, les cent dix pilules, erotix |  Facebook |

29/10/2009

Sun-Ken Rock, T.6 / Boichi / Doki-doki

Ken est un jeune homme simple et naïf, un grand cœur animé de bons sentiments, prêt à changer de vie par amour. Et c’est ce qu’il a fait. Pour suivre la belle dont il est épris, Ken s’est exilé pour la rejoindre en Corée. Mais c’est un univers hostile qui l’accueille. Pas d’argent, pas de travail, pa d’avenir, comment peut-il espérer conquérir le cœur de la jolie jeune femme ? Le hasard va conduire Ken a devenir chef de gang, une situation qui a l’avantage de subvenir à ses besoins, mais qui risque par contre de lui fermer définitivement les portes du cœur de la promise de ses rêves, qui, elle, est policière. Un truand et une représentante l’ordre, ça ne fait pas vraiment bon ménage. Ken évite donc soigneusement de trop se faire connaître. Mais les événements le poussent à gravir les échelons. Lui et son gang sont aux prises avec un casino appartenant à un caïd du milieu. Les enjeux sont gigantesques. La Sun-Ken Rock Team est engagée dans une lutte opposant un grand groupe industriel et la pègre coréenne. Les coups pleuvent, les combats à l’arme blanche sont furieux, les balles sifflent dans tous les sens. L’assaut du casion prend des allures de jeu mortel dans lequel chaque étape est plus dangereuse. Cette BD plaira aux amateurs de bonne baston bien orchestrée, agrémentée de quelques scènes d’un érotisme toride. Le sixième tome de « Sun-Ken Rock » est signé Boichi aux éditions Doki-doki.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doki-doki, sun-ken rock, boichi |  Facebook |

28/10/2009

American Trip / Eillam, Pernoud / Bamboo / coll.Grand Angle

Avec sa couverture plutôt sexy, nul ne doute que ce thriller aux allures de road-movie vous intriguera. De retour de leur voyage au cœur d’un parc naturel, trois jeunes français vont croiser la route d’Hanne, une jeune fille loin d’être sans histoires. Née grâce à la fécondation in vitro, la jeune femme a été arrachée à ses parents avant de devenir cobaye dans un obscur laboratoire. Encore non-homologuée, la thérapie cellulaire lui permet de voir repousser ses deux doigts perdus mais également d’acquérir la capacité de traverser le verre. Alors qu’elle parvient enfin à s’échapper de cet enfer, Hanne entraîne les trois jeunes français dans une course-poursuite au cœur de l’Amérique. Réunissant les deux parties du récit en un seul et unique volume, l’album présente un scénario divertissant. Avec son rythme prenant, ce thriller scientifique dévoile au moyen de flashbacks la vie d’Hanne avant sa transformation. Malgré quelques faiblesses, notamment au niveau des dialogues pas toujours percutants, l’histoire tient la route. Côté graphismes, le trait est agréable même s’il manque quelques détails dans les décors. La mise en couleurs permet quant à elle de créer des ambiances selon les différents moments du récit. Plein de bonnes idées, un second cycle de l’œuvre de ces jeunes auteurs prometteurs semble être au programme. « American Trip », par Eillam et Pernoud, chez Bamboo Editions, collection Grand Angle.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, pernoud, grand angle, eillam, american trip |  Facebook |

27/10/2009

Un drôle de père / Tome 5 / Unita / Delcourt / coll.Jôhin

Les années ont passé. Daikichi a quarante ans. Il est toujours célibataire. Depuis qu’il a adopté Rin, la fille cachée de son défunt grand-père, il y a déjà dix ans, Daikichi n’a pas vraiment cherché l’âme sœur. Il a consacré son temps à l’éducation de Rin, et à son emploi. A présent, Rin est devenue une adolescente, une période difficile de la vie, soumise aux affres et aux anxiétés. C’est le moment de l’affirmation de soi, de la recherche des repaires, du questionnement sur la sens de la vie, c’est la période des premiers amours. Tous ces moments importants représentent une certaine angoisse pour Rin, mais aussi et probablement surtout pour Daikichi. Il assume son rôle de père avec sérieux. Son dévouement est remarquable. Plus d’un parent biologique pourrait d’ailleurs y prendre modèle. Daikichi fait preuve d’une extraordinaire abnégation, faisant passer l’intérêt de l’enfant avant le sien. Il a tout fait pour lui fournir un environnement stable et équilibré, propice à l’épanouissement optimal de Rin. Le plus grand manque auquel la jeune fille risque d’être confronté, c’est celui d’une mère. Les retrouvailles n’ont pas eu lieu. Rin n’a pas eu l’affection de sa maman. Et l’amour d’un père de substitution, aussi inconditionnel et généreux soit-il, n’est pas nécessairement suffisant. Il y a mat ière à réfelxion dans ce cinquième tome d’ « Un drôle de père », par Yumi Unita aux éditions Delcourt, collection Jôhin.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, un drole de pere, unita, johin |  Facebook |

26/10/2009

Airborne 44 / Là où tombent les hommes (T.1) / Demain sera sans nous (T.2) / Jarbinet / Casterman

Le très joli travail graphique de Philippe Jarbinet saute immédiatement aux yeux. Il s’est surpassé sur ces deux albums, un dyptique de choc qui nous entraîne au coeur de la bataille des Ardennes, pendant la seconde guerre mondiale. Nous y suivons le destin d’hommes et de femmes qui vivent des moments intenses, de peur, de souffrance, mais aussi peut-être d’espoir. L’un de ces moments clés, c’est la rencontre dans le lit d’une rivière entre deux hommes, un Américain et un Allemand, face à face, se tenant en joue de leur fusil. Ils se fixent un instant qui semble durer une éternité, puis reprennent leur chemin chacun de son côté. L’éternité, voilà une notion capitale. Car ne tous temps, l’homme s’est ingénié à faire du mal à son prochain, à s’octroyer du pouvoir sur lui, et pour y arriver, à user de tous les moyens imaginables. La guerre est l’un de ces moyens. Les conséquences en sont une redistribution des cartes parmi les grands décideurs de nos nations; et pour nous, pauvres humains ordinaires, c’est surtout les larmes, la perte d’êtres chers. Albert Einstein a dit « Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais ce dont je suis sûr, c'est que la quatrième guerre mondiale se résoudra à coups de bâtons et de silex ». « Airborne 44 », une histoire en deux tomes, signée Philippe Jarbinet, aux éditions Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, jarbinet, airborne 44, la ou tombent les hommes, demain sera sans nous |  Facebook |

22/10/2009

Bonne nuit les petits / Lenglet, Mau / Casterman / coll.Univers d’auteurs

Tout en noir et blanc, ce récit complet relate en parallèle la vie de Jeanne et de Fabrice. Tous deux âgés de dix-huit ans ou presque, leurs parcours bien différents va les mener l’un vers l’autre. Jeanne vit seule dans un petit studio et court d’un job à un autre pour joindre les deux bouts. Chaque jour, elle se dit que c’est son jour de chance et que ce casting va lui permettre de changer de vie. Tandis que Jeanne s’accroche à ce quotidien souvent déprimant, Fabrice se prépare à fêter dignement sa majorité. Fils à papa de bonne famille, ce jeune homme pourri gâté n’a fait que profiter de l’argent à sa disposition. Cette année, il est bien décidé à régler ses comptes avec ce père toujours absent qu’il tient pour responsable de la mort de sa mère alcoolique. Malheureusement pour Fabrice et Jeanne, la soirée ne se terminera pas du tout comme ils auraient pu l’imaginer. Par le biais de cette fable sombre et cruelle, les auteurs brossent le portrait de deux adolescents paumés dans leurs univers respectifs. Leurs caractères sont bien définis et l’histoire révèle peu à peu les évènements tragiques qui les ont menés à ce qu’ils sont aujourd’hui. Les encrages noirs et blancs sont maîtrisés, mettant ainsi parfaitement en relief ce récit dont la fin ne pouvait augurer que de nouveaux déboires. « Bonne nuit les petits », par Lenglet et Mau, est publié aux éditions Casterman, collection Univers d’auteurs.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

13:45 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, bonne nuit les petits, univers d auteurs, lenglet, mau |  Facebook |