12/09/2009

Katarina / Amours fragiles, T.4 / Richelle, Beuriot / Casterman

Nous sommes à la fin de l’année mille neuf cent quarante. Paris est occupée par l’armée allemande. Catherine, alias Katarina, travaille pour la rédaction du magazine « Loisirs ». Ses prises de positions égratignent parfois mais son talent les lui pardonne. Ce que ses collègues ignorent, ce sont ses origines juives. Il ne fait pas bon être juif en ces années là. Le gouvernement de Vichy promulgue de plus en plus de lois à leur encontre, destinées à les brimer et les spolier. C’est la mésaventure qui attend pourtant inexorablement l’oncle de Katarina. Son entreprise devrait bientôt passer entre les mains d’administrateurs désignés par le régime nazi. Pour contrer cette perspective, il propose à l’un de ses excellents clients de lui racheter l’entreprise qu’il continuerait ensuite à diriger dans l’ombre. Mais cette supercherie est bien connue des fascistes qui ont déjà eu affaire à des magouilles de cette espèce. Pendant ce temps, le jeune officier allemand Martin Mahner, enrôlé bien malgré lui dans cette armée du troisième Reich, attend sa mutation à Paris. Il espère y retrouver sa chère Catherine. Ce récit admirablement construit mêle la grande histoire et de romantiques préoccupations avec une aisance qui force le respect. La montée progressive de la discrimination et de l’oppression envers les juifs est ici vécue de manière très tangible, au quotidien. « Katarina », quatrième tome de « Amours fragiles », par Richelle et Beuriot, chez Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, richelle, amours fragiles, beuriot, katarina |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.