31/08/2009

Les flammes de l’Archange / Guérin, Lacaf / Glénat / coll.Vécu

Mandaté par les membres du clergé, le frère Tiburce arrive au Mont Saint Michel pour y continuer les travaux de construction du chœur de l’abbatiale. Tiburce accepte de reprendre le chantier à la condition expresse d’obtenir tous les plans du bâtiment afin de comprendre pourquoi une partie de l’édifice s’est effondré moins de cent ans plus tôt. Alors qu’un apprenti nommé Josquin lui est fourni, les plans tardent à lui parvenir. Persuadé que l’archiviste cache les documents importants, Tiburce part à leur recherche. Son comportement intrigue les moines ainsi que Jehan, le capitaine de la garde qui le trouvent suspect. Lorsqu’un témoin le voit pratiquer d’obscurs rituels celtiques, Tiburce est obligé de s’expliquer. Tiburce s’appelle en réalité Lucter, druide de la forêt des Carnutes. Il a été envoyé à l’abbaye pour y reprendre le trésor volé aux Celtes des siècles plus tôt par les Romains. Caché au Mont Saint Michel, le trésor est jalousement gardé par les Vigiles, ces mystérieux protecteurs tout de noir vêtus. Ce polar médiéval d’une centaine de pages allie parfaitement suspens et action. Mystère et ésotérisme sont également présents tout au long de ce récit palpitant. Le dessin réaliste est détaillé, présentant ainsi le Mont Saint Michel tel qu’il était au Moyen-Âge. De facture classique, l’album se révèle à la fois dense et passionnant. « Les flammes de l’Archange », par Guérin et Lacaf, est paru aux éditions Glénat, collection Vécu.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, vecu, lacaf, les flammes de l archange, guerin |  Facebook |

29/08/2009

Un zoo en hiver / Taniguchi / Casterman / coll.écritures

Jirô Taniguchi est probablement l’auteur japonais le plus apprécié des lecteurs européens de BD franco-belge. Son style de narration contemplative se révèle des plus séduisants. Son graphisme s’approche d’une certaine école classique fort éloignée des mangas caricaturaux. Dans ce nouvel album, l’auteur aborde un sujet qu’il connaît bien puisqu’il s’agit du parcours d’une jeune homme dont l’ambition est de devenir dessinateur de mangas. Nous sommes en mille neuf cent soixante six à Kyôto. Hamaguchi travaille chez un fabriquant de textiles lorsqu’il se décide à se lancer dans l’anventure de dessinateur, répondant ainsi à une envie profonde et insistante. Il décroche de manière inattendue et abrupte un emploi précaire dans un studio de mangas. C’est là qu’il va acquérir des nombreuses connaissances et une maîtrise accrue de son art. Hamaguchi va aussi découvrir la vie nocturne et éprouvante des studios soumis à des délais de parutions serrés. Son travail d’assistant ne lui laisse pas un instant pour développer sa propre œuvre. Hamaguchi doit gérer se frustration et faire preuve d’une grande humilité. Cette humilité fait partie intégrante de la personnalité de Jirô Taniguchi. Cette BD témoigne en fait de son vécu personnel, de ses débuts de mangaka. Une œuvre émouvante au ton juste. « Un zoo en hiver », par Taniguchi, aux éditions Casterman, collection écritures.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, taniguchi, ecritures, un zoo en hiver |  Facebook |

28/08/2009

Coup double / Secrets bancaires, T.4.2 / Richelle, Hé / Glénat / coll.Investigations

Après une première partie intitulée « Les enfants du Watergate », nous retrouvons dans ce second volet Sam Boldon, journaliste d’investigations en pleine déconfiture. En effet, son reportage sur les ravages de la drogue dans les grandes villes américaines est soudainement retiré de la grille des programmes. Sa conclusion sur l’implication de la CIA et de la DEA dans ce trafic est bien évidemment au centre du débat avec la direction de la chaîne de télévision Channel 40. Décidé à ne pas se laisser intimider, Sam étaye son propos et fourni un travail de grande rigueur dans ses notes complémentaires. Après une nouvelle discussion, le reportage est finalement diffusé quelques semaines plus tard. Au même moment, son témoin principal, un ancien agent de la DEA, publie un démenti, nuisant ainsi à la carrière et à la santé de Sam. S’attachant à démontrer les difficultés auxquelles le journalisme d’enquête est confronté de nos jours, ce volume clôt de manière efficace le diptyque entamé sept mois plus tôt. Plus fluide, le scénario est illustré par un graphisme semi-réaliste maîtrisé. Dernier volet de la saga, la série reviendra cependant dans peu de temps sous une autre forme. « Coup double », tome 4.2 de la série « Secrets bancaires », par Philippe Richelle et Dominique Hé, est paru aux éditions Glénat, collection Investigations.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, richelle, he, investigations, coup double, secrets bancaires |  Facebook |

26/08/2009

Topless / Le Gouëfflec, Balez / Glénat / coll.1000 Feuilles

Pianiste dans un bar à striptease, Martin passe son temps à jouer et à fumer, sans jeter un regard aux filles qui se déhanchent sur le podium. Sensible à l’esthétique, Martin se dit blasé mais lorsque Jeanne entre en scène, il en oublie de pianoter. Un jour, elle lui demande de l’emmener, de tout plaquer et de partir avec la voiture du patron. Martin se laisse tenter et c’est sur un air de Thelonious Monk que tout deux bousculent leur quotidien. La découverte d’un important nombre de billets vient pourtant ajouter une fausse note à leur escapade romantique. Loin d’être idiot, leur ancien patron se lance à leur trousse tandis que Jeanne et Martin poursuivent leur périple atypique. Ce road-movie qui se présente sous la forme d’un petit format souple est une réelle découverte. Mystère, errance et polar sont les maîtres mots de ce roman graphique aux tonalités subtiles. Divisé en trois épîtres, le scénario bénéficie d’une bonne dose de mysticisme, ce qui le rend d’autant plus emballant. Jeanne et Martin sont en effet placés sous la protection de Saint Christophe et on les prendrait presque pour des espèces d’icônes à eux seuls. Le graphisme confère à l’ensemble un air de film noir, créant des ambiances en jouant avec les couleurs et une grande économie de moyens. Après un an et demi de collaboration, les auteurs nous offrent là un superbe album. « Topless », par Le Gouëfflec et Balez, est publié aux éditions Glénat, collection 1000 Feuilles.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : topless, glenat, le gouefflec, balez, 1000 feuilles |  Facebook |

24/08/2009

Terre fatale / Carnets d’Orient, T.10 / Ferrandez / Casterman

La guerre d’Algérie restera sans doute comme une des pires pages de l’histoire de France. Les palies seront très longues à se refermer et à cicatriser. La France coloniale et l’Algérie indépendantiste se sont affrontés avec sauvagerie, usant des méthodes les plus condamnables. La torture y était pratiquée sans retenue. Les trahisons et les blessures morales ont été légion. Dans cette tourmente macabre, les passions se sont exprimées à l’excès. L’amour n’était pas en reste mais il a subi des outrages. Les couples mixtes se sont déchirés ou ont vécu des heures pénibles au cœur de l’horreur. Pourtant, il a survécu. C’est une de ces histoires d’amour impossible que nous conte les Carnets d’Orient. Jacques Ferrandez illustre de façon magistrale toute une époque que d’aucuns auraient préféré oublier. En dix albums, il dresse un tableau sans concessions des agissements des guerriers de tous bords, de leurs compromissions, de leurs lâchetés, mais aussi de leur bravoure et de leurs peurs. D’un graphisme resplendissant, il apporte une contribution essentielle à une meilleure compréhension des travers humains. Il ne juge pas, il ne dédouane pas non plus, il expose, s’interroge et alimente notre réflexion. Ce récit passionnant de bout en bout trouve ici une conclusion logique, belle, porteuse d’espoir. « Terre fatale », dixième tome des « Carnets d’Orient », par Ferrandez, aux éditions Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, terre fatale, carnets d orient, ferrandez |  Facebook |

21/08/2009

Le Miracle de la vie / Clarke / Dupuis / coll.Histoires à lunettes

Un enfant, c’est d’abord un petit bébé tout mignon, qui fait craquer de bonheur tous les parents. Puis, ça grandit et ça devient très vite un petit monstre impossible à maîtriser et qui fait craquer les nerfs des plus coriaces d’entre nous. C’est ça le miracle de la vie, tous ces enfants qui survivent malgré le véritable enfer qu’ils font subir à leurs géniteurs. La conception est probablement le moment le plus jouissif de tout ce processus. Elle est en général étroitement associée à la décision de procréer, de participer à cette grande œuvre qu’est le peuplement de notre planète à la gloire de l’humanité tout entière. Puis vient la grossesse, suivie de l’inévitable accouchement. La naissance est assortie des félicitations multiples et variées de la famille et des proches, bien contents que ce ne soit pas sur eux que le sort s’est acharné cette fois. Le nourrisson est un petit être maléfique, qui envoûte ses parents en leur pourrissant la vie à grands coups de cris nocturnes ininterrompus et de défécations perstillentielles. Cette BD nous fait découvrir tout le charme que représente un enfant. Les parents s’y retrouveront avec jubilation. Quant à ceux qui hésitent à faire le pas, cette saine lecture les éclairera. Ils ne pourront ensuite plus dire qu’on ne les a pas prévenus. « Le Miracle de la vie », par Clarke, aux éditions Dupuis, collection Histoires à lunettes.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, clarke, le miracle de la vie, histoires a lunettes |  Facebook |

19/08/2009

Level 1 / World of no life, T.1 / Calla, Waltch / Vents d’Ouest

D’entrée de jeu, vous voilà averti : la lecture de cette bande dessinée vous fera perdre plusieurs heures de jeu ! Vous l’avez compris, cet album est dédié à l’univers des jeux virtuels et de ses joueurs. Un court mais nécessaire lexique sert d’introduction au récit qui enchaîne directement sur le quotidien d’un petit groupe de joueurs. Entre Gégé qui se fait mettre dehors en pleine partie de Donjon d’Aguéroth le lépreux et l’un de ses amis qui perd son mythique niveau septante-cinq à cause d’une fuite d’eau, y’a pas de doute, la vraie vie leur porte sur les nerfs ! Jeunes et moins jeunes se retrouvent ainsi en ligne pour y incarner leur personnage favori et prendre leur revanche. Si les termes comme MMORPG, IRL et PVP vont sont familiers, cette parodie du célèbre jeu « World of Warcraft » est faite pour vous. Abordant un thème d’actualité, le scénario confronte avec humour ses personnages à des situations parfois bien senties. Regorgeant de gags en une ou deux pages, ce premier volet met en place les différents membres de cette petite famille virtuelle composée d’adolescents et de trentenaires bien établis. Côté graphisme, l’aspect tout en rondeurs des personnages est constant et assez typique de la bande dessinée humoristique. Si l’ensemble est plutôt plaisant, il est toutefois à déconseiller à tout novice. « Level 1 », le premier opus de la série « World of no life », par Calla et Waltch, est paru aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vents d ouest, level 1, world of no life, calla, waltch |  Facebook |