18/08/2009

L’encre du passé / Maël, Bauza / Dupuis / coll.Aire Libre

Le Japon médiéval inspire de nombreux auteurs. C’est que cette époque est exceptionnellement riche, que la culture et les arts se sont particulièrement développés. Dans ce récit intimiste, nous suivons Môhitsu, un calligraphe errant qui s’arrête un jour dans une teinturerie pour redonner des couleurs à son vêtement. Il y fait la rencontre d’Atsuko, une jeune fille délurée qui s’amuse à décorer son environnement de splendides motifs. Ce don ne passe pas inaperçu. Môhitsu est charmé par le talent et la caractère d’Atsuko. Il propose alors de l’emmener avec lui à Edo, la capitale de l’époque, véritable creuset de bien des disciplines artistiques et artisanales. Tout au long du voyage qui va les y mener, Môhitsu et Atsuko vont devenir de véritables amis, se découvrir des complémentarités qui vont au-delà de la relation maître-disciple. Môhitsu transmet son savoir à Atsuko, il se rend compte qu’il en est encore capable, ce qu’il ne croyait en fait plus possible. Atsuko va beaucoup apprendre de ce voyage initiatique. Elle va aussi permettre à son chaperon de retrouver une inspiration salvatrice. La beauté des mots et des scènes n’a d’égal que celle du graphisme et des couleurs de ce récit d’une grande émotion. Cet album admirable apporte au lecteur un précieux moment de sérénité en plus d’une réflexion sur l’épanouissement et l’accomplissement de soi. « L’encre du passé », par Maël et Bauza, aux éditions Dupuis, collection Aire Libre.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, aire libre, l encre du passe, mael, bauza |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.