07/04/2009

Jolies ténèbres / Kerascoet, Vehlmann / Dupuis

Avant d’ouvrir cet album atypique, assurez-vous d’avoir le cœur bien accroché. Sous des allures gentillettes, tant par son graphisme de livre d’enfant que par son traitement narratif un peu naïf, cette histoire va vous secouer. Cela dit, il ne vous faudra pas attendre longtemps pour être averti. Dès les premières pages, le décor est planté. Nous sommes dans un bois. Une petite fille morte gît dans l’herbe à côté de son cartable. De sa bouche, de son nez et de ses oreilles ortent une kyrielle de petits personnages assez mignons. Ils vont vite interagir, s’organiser maladroitement. La nourriture est leur premier problème. Puis viennent les tensions entre les uns et les autres, les jalousies, les intrigues, les trahisons. Bien vite, un climat malsain et lourd s’installe. Les coups fourrés se multiplient, prennent de l’ampleur et reculent toujours un peu plus les limites. Bientôt, la cruauté s’érige en maîtresse. Le sang coule. La torture apparaît. Toutes ces horribles actions sont empreintent d’une inconscience omniprésente, étouffante. Les personnages périssent au gré des mauvais tours qu’ils se font les uns les autres. Cette fable macabre dissèque sans pitié le monde intérieur de l’enfance, loi, très loin, des poncifs angéliques. Ici, c’est toute la cruauté de nos chers petits qui est mise au grand jour, à travers ce monde tout droit sorti de l’imagination d’une petite fille morte. Percutant ! « Jolies ténèbres », par Kerascoet et Vehlmann, chez Dupuis.


BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, vehlmann, jolies tenebres, kerascoet |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.