06/04/2009

Droit du sol / Charles Masson / Casterman / coll.écritures

Charles Masson nous avait profondément touché avec « Soupe froide », un chef-d’œuvre montrant l’ultime quête d’un homme démuni, pauvre et malade, sa tentative désespérée pour revoir sa fille avant de mourir. Avec « Droit du sol », l’auteur aborde un autre sujet sensible. Il nous propose une incursion dans les territoires français d’outre-mer. L’île de Mayotte est un microcosme où règne un reliquat d’esprit colonial. Les blancs y occupent les postes clés, les fonctions valorisante. Ce sont eux qui ont l’argent et dictent leurs lois. Les noirs sont en général pauvres, occupent des emplois précaires et subissent des brimades insidieuses. Ce tableau cache une autre réalité, car rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Il y a des blancs qui oeuvrent au bien-être des défavorisés, comme ces médecins qui pratiquent sans leur demander d’honoraires. De l’autre côté, il y a des discriminations atroces entre noirs. Mais entre l’action humanitaire motivée par l’envie de se donner bonne conscience et le comportement limite colonial reflet d’une honnêteté vis-à-vis de soi-même, ce n’est pas facile de se forger une opinion tranchée. « Droit du sol » soulève des questions essentielles et dénonce une politique aveugle, éloignée de la réalité du terrain. Pour la métropole, ses territoires d’outre-mer, c’est loin des yeux, loin du cœur. « Droit du sol », par Charles Masson, aux éditions Casterman, collection écritures.


BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, ecritures, droit du sol, masson |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.